2 min de lecture Médias

Alexandre Benalla : une "faiblesse d’État" plus qu'une "affaire d’État", dit Alba Ventura

ÉDITO - Selon des enregistrements diffusés ce jeudi 31 janvier par Mediapart, Alexandre Benalla a rencontré Vincent Crase le 26 juillet dernier à Paris, soit quatre jours après leur mise en examen. Depuis six mois l'affaire ne cesse de rebondir.

Micro RTL générique L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Affaire Benalla : une "faiblesse d'État", estime Alba Ventura Crédit Image : Alain JOCARD / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Thomas Pierre

Nouvelles révélations dans l’affaire Benalla. Jeudi 31 janvier, le site Mediapart a publié une enquête fournie dont un enregistrement clandestin compromettant pour l’ancien chargé de mission de l'Élysée. Depuis six mois cette affaire ne cesse de rebondir, comme un mauvais feuilleton, comme une mauvaise série B, avec l’impression que l’on n’est jamais au bout de nos surprises.

Parce que ce que nous apprend ce nouvel épisode c’est qu’Alexandre Benalla n’a visiblement pas respecté son contrôle judiciaire en juillet dernier. Il serait entré en contact après sa mise en examen avec un autre acteur de l’affaire. 

Et tout aussi grave, si l’on comprend bien, il se serait parjuré devant la Commission des lois du Sénat en niant des affaires avec un milliardaire russe proche de Poutine, dans lesquelles il était impliqué alors qu’il était au service de l’Elysée. L'ensemble, la violation du contrôle judiciaire et le parjure, le mensonge devant le Sénat, est passible de prison. 

Et toutes ces révélations viennent après celles sur les violences commises lors des manifestations du 1er mai, alors qu’il n’avait rien à faire là, armé de surcroît, après l’utilisation abusive de passeports diplomatiques. Ça va s’arrêter quand? 

Un enregistrement embarrassant pour l'Élysée

À lire aussi
Une femme devant sa télévision (illustration) médias
Free : BFM et RMC peuvent disparaître des box, tranche le CSA

Cet enregistrement, où Alexandre Benalla se targue du soutien du président Macron,

date du mois de juillet. Ce n’est pas une révélation du mois dernier. Au mois de juillet, Emmanuel Macron soutenait publiquement Alexandre Benalla. Il l’a fait devant des Parlementaires. 

Ce n’est pas un scoop. Mais cela donne dans la bouche de Benalla, la nature des liens entre le président et lui. Benalla raconte qu’Emmanuel Macron lui a envoyé un SMS de soutien à l’époque. Vrai ou faux, c’est la version de Benalla. L’Élysée a toujours démenti ces textos. C’est parole contre parole. Par ailleurs rien ne dit qu’ils ont eu des contacts récemment.

Mais ce que ça confirme, c’est qu’avec Emmanuel Macron sont entrés à l’Élysée des gens qui n’avaient pas le sens de l’État. Benalla n’est pas venu "servir". Il est venu se servir. Il a pensé que d’où il était, il bénéficiait d’une impunité qui lui permettait de faire ce qu’il voulait. C’est là où il y a une grave confusion. 

Intrigue de cour à l'Élysée

Des "Benalla", il y en a eu derrière presque chaque président. Dans toutes les cours, il y a des intrigants. Il y a toujours quelque part le voyou du roi, comme il y avait le fou du roi. On trouve très souvent des gens pas très peu recommandables, des porteurs de valises, des types qui traînent dans des milieux louches, ce sont les pieds nickelés de la politique. 

Le pouvoir attire des gens comme ça et les dirigeants sont parfois fascinés par les "bad boys", les petites frappes. Il y a de ça chez Emmanuel Macron, d’autant plus qu’il n’est pas né en politique. Il est arrivé comme une comète, c’est une aventure présidentielle qui a commencé de manière presque artisanale, avec une petite troupe au départ, les intellos et les gros bras. 

Emmanuel Macron s’est fait prendre au piège de la fidélité, qui lui a ôté tout discernement. C’est pour ça que ça ressemble plus à une faiblesse d’État qu’à une affaire d’État. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Médias Journaux Vidéo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796406763
Alexandre Benalla : une "faiblesse d’État" plus qu'une "affaire d’État", dit Alba Ventura
Alexandre Benalla : une "faiblesse d’État" plus qu'une "affaire d’État", dit Alba Ventura
ÉDITO - Selon des enregistrements diffusés ce jeudi 31 janvier par Mediapart, Alexandre Benalla a rencontré Vincent Crase le 26 juillet dernier à Paris, soit quatre jours après leur mise en examen. Depuis six mois l'affaire ne cesse de rebondir.
https://www.rtl.fr/actu/politique/alexandre-benalla-une-faiblesse-d-etat-plus-qu-une-affaire-d-etat-dit-alba-ventura-7796406763
2019-02-01 08:03:59
https://cdn-media.rtl.fr/cache/M8KzZfwD5RFKm4oMXXFZIg/330v220-2/online/image/2019/0121/7796294498_alexandre-benalla-a-repondu-aux-questions-devant-la-commission-d-enquete-du-senat-le-21-janvier-2019.jpg