1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Agression par un collaborateur de Macron : que faisait Benalla parmi les policiers ?
2 min de lecture

Agression par un collaborateur de Macron : que faisait Benalla parmi les policiers ?

Alexandre Benalla, responsable de la sécurité d'Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle, a été filmé en train de frapper un manifestant en marge des rassemblements du 1er Mai.

Des policiers lors des manifestations du 1er 2018 à Paris
Des policiers lors des manifestations du 1er 2018 à Paris
Crédit : Alain JOCARD / AFP
Affaire Alexandre Benalla : un collaborateur de Macron filmé en train de frapper un manifestant
01:58
Olivier Boy

Cette vidéo ne cesse de tourner et devrait faire grand bruit dans les allées de l'Élysées. Un collaborateur d'Emmanuel Macron, en charge de sa sécurité durant la campagne présidentielle, a été suspendu de ses fonctions pendant deux semaines puis muté à des postes administratifs du palais présidentiel après avoir agressé un manifestant à Paris le 1er mai, selon un article publié mercredi 18 juillet par Le Monde.

Selon les images disponibles, un manifestant est interpellé par les forces de l'ordre présentes sur place. Si la tension est maximale, l'opération est sous contrôle. Le jeune est écarté et assis par terre. Mais tout dérape quand un autre homme s'approche.

Ce dernier, identifié comme Alexandre Benalla par le quotidien, ne porte pas d'uniforme de policier mais, en revanche, il est muni d'un vrai casque de protection. Il se met alors à agripper le jeune homme, à terre, pour le frapper. Plusieurs coups sont donnés.

Une présence autorisée comme observateur

Une scène violente qui interpelle les témoins qui ont filmé la scène. Que faisait cet homme au milieu des policiers ? Ce collaborateur d'Emmanuel Macron, qui était au cabinet du Président chargé en partie des questions de sécurité, avait demandé l'autorisation, ce jour-là, de participer aux côtés des policiers à l'opération de maintien de l'ordre. Comme simple observateur.

À lire aussi

Une demande qui avait été acceptée. Cependant, il n'avait absolument pas le droit d'intervenir. Dès le lendemain des faits, le directeur de cabinet a su ce qu'il s'était passé et assure avoir prévenu Emmanuel Macron. Alexandre Benalla a ensuite été suspendu quinze jours... avant d'être muté.

Une enquête ouverte

Dans ce contexte, le parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire des chefs de violences par personne chargée d'une mission de service public, usurpation de fonctions, usurpation de signes réservés à l'autorité publique.

Le délégué général de La République En Marche, Christophe Castaner, a assuré ce jeudi 19 juillet, que "personne n'est protégé dans ce pays, quel que soit son statut". "L'Élysée se tient totalement à la disposition de la justice et je peux prendre l'engagement, même si je ne suis pas l'employeur d'Alexandre Benalla, je peux prendre l'engagement qu'il n'y aura aucun obstacle à ce que la justice puisse faire son travail le mieux du monde", a-t-il déclaré sur CNews. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/