3 min de lecture Élections municipales à Paris

Municipales à Paris : "Il serait naïf d'enterrer Anne Hidalgo", estime Alba Ventura

ÉDITO - Après deux mois de concertation auprès des parisiens, La République En Marche a défini les grandes lignes de son projet pour les municipales de 2020 dans la capitale.

Alba Ventura L'Edito politique Alba Ventura
>
Municipales à Paris : "Il serait naïf d'enterrer Anne Hidalgo", estime Alba Ventura Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Alba Ventura
Alba Ventura et Marie-Pierre Haddad

En marche sur Paris. Le parti d'Emmanuel Macron a publié cette semaine le résultat de sa grande enquête auprès des parisiens. Ça y est ? La campagne électorale est lancée ? En fait, il y a longtemps qu’elle est lancée….mais en interne à En Marche !. Avec d’ailleurs, une galerie de prétendants assez éclectique.

Si on prend les plus connus, on a le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux. Cet ancien strauss-khanien qui a fait partie du premier cercle macronien et qui concentre les critiques de ses petits camarades.

Vous me direz c’est normal, c’est le premier à s’être positionné dans cette bataille. Si bien qu’il a longtemps pensé qu’il serait seul à représenter En Marche… sauf que son étoile a un peu pâli récemment. Peut-être à cause de ses sorties intempestives, sur ceux qui fument des clopes et roulent au diesel ou son statut de locataire à Paris, parce que le mètre carré est trop cher à l'achat.

À lire aussi
Benjamin Griveaux lors du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCI élections municipales
Municipales à Paris : avec Hidalgo, c'est "une proposition par jour", tacle Griveaux sur RTL

Mahjoubi, Villani, Renson...

Ce qui du coup a redonné des couleurs à Mounir Mahjoubi, le Monsieur Numérique du gouvernement, très à l’écoute auprès des "gilets jaunes" dans une démonstration très poussée d’humilité et d’empathie, au point même d’échanger sa vie le temps d’une journée avec une "gilet jaune".

Et à l’outsider Cédric Villani, le député champion des maths, qui n’hésite pas à faire campagne de jour comme de nuit. Dans un autre genre vous avez aussi le très chiraquien Hugues Renson, vice-président de l’Assemblée, dont on raconte qu’il fait bande à part, à moins qu’il soit tout bêtement mis à l’écart. 

Sans doute pour avoir dit que "Paris se gagne à gauche". Ce qui ne collerait pas tout à fait avec les rumeurs au sujet du premier ministre Édouard Philippe. Son nom revient souvent pour la mairie de Paris.

Anne Hidalgo est loin d’avoir abattu toutes ses cartes

Avec tout ça, on en oublierait presque la maire de Paris, Anne Hidalgo, est toujours en piste. Gare à ceux qui voudront la déloger. Anne Hidalgo est loin d’avoir abattu toutes ses cartes. On l’avait laissé, il y a quelques mois, anéantie, par la démission de son premier adjoint, les fiasco, vélib’, autolib’, les polémiques sur les voie sur berge, les embouteillages, les contrats de publicité envolés, la saleté, les rats...

On la retrouve plus combattante que jamais. Vous avez vu sur la police municipale ? Elle annonce une police municipale pour 2020 (dont on ne sait pas trop s’il s’agit d’une vraie police ou d’un redéploiement d’agents municipaux). C’est amusant parce que, la police municipale, c’est un projet que l’on retrouve chez ses concurrents

Chez Gaspard Gantzer, l’ancien conseiller en communication de François Hollande qui ne cache pas ses ambitions pour Paris. Et chez En Marche qui dans son enquête auprès des habitants de la capitale indique que la "sécurité" est la deuxième préoccupation des parisiens, derrière la propreté.

Il y a une forme d’opportunisme électoral chez Anne Hidalgo, mais il serait naïf de l’enterrer

Alba Ventura
Partager la citation

Anne Hidalgo ne pouvait pas laisser passer ça. Tant pis si elle était contre la police municipale en 2014. C’est comme pour le travail le dimanche, elle était contre puis pour. C’est comme la gratuité des transports, elle était pour puis contre. Il y a une forme d’opportunisme électoral chez Anne Hidalgo, mais pour autant il serait naïf de l’enterrer.

Vous savez, depuis le début de son mandat, Paris est un chantier, les habitants et donc les électeurs n’en peuvent plus des travaux. Mais tout ça sera terminé exactement quelques mois avant l’élection. La bataille ne fait que commencer.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections municipales à Paris Anne Hidalgo Benjamin Griveaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796381559
Municipales à Paris : "Il serait naïf d'enterrer Anne Hidalgo", estime Alba Ventura
Municipales à Paris : "Il serait naïf d'enterrer Anne Hidalgo", estime Alba Ventura
ÉDITO - Après deux mois de concertation auprès des parisiens, La République En Marche a défini les grandes lignes de son projet pour les municipales de 2020 dans la capitale.
https://www.rtl.fr/actu/politique/municipales-a-paris-il-serait-naif-d-enterrer-anne-hidalgo-estime-alba-ventura-7796381559
2019-01-30 07:53:43
https://cdn-media.rtl.fr/cache/PW8WRl-ofhu5EMjZ2zj9kw/330v220-2/online/image/2019/0130/7796381810_template-hd.png