1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. INVITÉ RTL - "Je n'ai plus de vie (...), on a essayé de me faire taire", confie Amine Elbahi
2 min de lecture

INVITÉ RTL - "Je n'ai plus de vie (...), on a essayé de me faire taire", confie Amine Elbahi

Amine Elbahi a 26 ans. En janvier dernier, il participait à un reportage de "Zone Interdite" où il présentait les dérives du communautarisme islamiste à Roubaix. Depuis, il vit sous la protection de la police.

Amine Elbahi, sur RTL, le 6 octobre 2022.
Amine Elbahi, sur RTL, le 6 octobre 2022.
Crédit : RTL
L'invité de RTL Soir du 06 octobre 2022
00:07:39
Julien Sellier & Benoît Leroy

Il vit sous protection policière depuis janvier 2022, après être apparu dans un reportage de Zone Interdite. Il y dénonçait le communautarisme islamiste dans sa ville de Roubaix. Ce jeudi 6 octobre, Amine Elbahi s'est confié au micro de RTL. Au sujet du reportage et des menaces qui ont suivi, le juriste a été catégorique. "J'ai 26 ans, je n'ai plus de vie. On a essayé de me faire taire. J'ai assisté au bal des lâches", a-t-il critiqué.

Il a expliqué, par ailleurs, que "ces menaces" ne l'ont "jamais atteint". "J'ai connu pire", a-t-il pointé. Et pour cause, son combat contre la radicalisation ne doit rien au hasard, puisque sa propre sœur est partie en Syrie en 2014. "Mon combat ne date de janvier 2022 (...). Mon combat contre la radicalisation commence lorsque j'assiste à la radicalisation de ma propre sœur", a-t-il expliqué.

Sur RTL, Amine Elbahi s'est souvenu avoir signalé à plusieurs reprises sa sœur aux services de l'État, via le numéro vert mis en place par le ministère de l'Intérieur. "Aucune suite n'est apportée à mes signalements. En 2014 (...), il y avait peu de fonctionnaires sont formés", a-t-il rappelé. En marge du départ de sa sœur, Amine Elbahi a confié avoir "culpabilisé". "Rien dans son éducation ne laissait présager un tel départ." 

En Syrie, la sœur d'Amine a donné naissance à deux garçons, aujourd'hui âgés de 5 et 7 ans. Le frère, lui, espère le retour de ses neveux. Mercredi 5 septembre, le garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti a indiqué qu'environ 300 mineurs ayant séjourné en zone irako-syrienne étaient rentrés en France. Une sorte de changement de doctrine, alors que la France se refusait jusqu'à présent à tout rapatriement. "J'espère pouvoir les sauver. Je veux faire en sorte que ces enfants ne deviennent pas des bombes à retardement", a expliqué Amine Elbahi.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire