2 min de lecture Faits divers

Disparition de Tiphaine Véron : où en est l’enquête ?

ÉCLAIRAGE - Tiphaine Véron a disparu à l'âge de 36 ans à Nikko, au Japon, le 29 juillet 2018. Cette Pictavienne a laissé passeport et valise à l'hôtel.

Un avis de recherche de Tiphaine Véron, le 23 juillet 2018, au Japon
Un avis de recherche de Tiphaine Véron, le 23 juillet 2018, au Japon Crédit : Kazuhiro NOGI / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

Cela fait deux ans jour pour jour que Tiphaine Véron a disparu. "Qui cherche Tiphaine ?", s'interroge son frère Damien. Selon lui, l'enquête est "inexistante", mais la famille ne perd pas espoir. Deux ans après, elle ne désespère pas de retrouver Tiphaine

Le 29 juillet 2018, Tiphaine Véron est en vacances à Nikko, une cité japonaise touristique de nord-est de l'archipel, entourée de monts et de bois. Originaire de Poitiers, la jeune femme de 36 ans est épileptique. Pourtant, ce jour-là, elle a quitté son hôtel pour aller se promener, sans valise ni passeport, et n'est jamais revenue

Deux ans après, la famille de Tiphaine Véron a publié ce mercredi 29 juillet une série de témoignages vidéos sur les réseaux sociaux qui lui sont adressés. Familles, amis, personnalités politiques ou encore célébrités : tous ont enregistré des "lettres à Tiphaine", "pour lui dire de tenir le coup, de garder espoir", explique Damien Véron. 

Les recherches se poursuivent pour la famille

Récemment, la famille a recruté un nouvel avocat, le pénaliste Antoine Vey, associé d'Éric Dupond-Moretti devenu dans l'intervalle garde des Sceaux. "De nouvelles demandes d'acte vont être adressées à la juge d'instruction" française, assure Damien Véron. L'emploi de détectives privés n'est pas exclu.

À lire aussi
Un parapentiste a disparu depuis plusieurs jours dans les Pyrénées (illustration). faits divers
Pyrénées : une cagnotte pour retrouver un parapentiste disparu depuis plusieurs jours


Selon le frère de Tiphaine, il y a eu un certain nombre d'"insuffisances" : absence de visionnage de caméras de surveillance, absence de résultats après des tests pratiqués au luminol (produit qui sert à détecter des traces de sang) dans la chambre d'hôtel de Tiphaine, compilations d'auditions incomplètes et contradictoires, données de téléphonie manquantes. Il regrette que les policiers français n'aient effectué qu'"un aller/retour express" au printemps 2019.

"Nous avons découvert avec effroi qu'aucune enquête pour disparition inquiétante n'a été ouverte par les autorités japonaises. C'est une division dédiée à l'ordre public et non pas une division criminelle et judiciaire qui s'occupe de la disparition de Tiphaine depuis le début. Ce qui explique par exemple des blocages sur la téléphonie et nous inquiète sur une série d'actes qui n'ont pas été réalisés faute de cadre légal", dit-il. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Japon International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants