2 min de lecture Gérald Darmanin

Gérald Darmanin "s'étouffe" lorsqu'il entend le terme de "violences policières"

Entendu par la Commission des lois de l’Assemblée nationale, le ministre de l'intérieur a dénoncé l'emploi d'une expression "antinomique", selon lui. La famille de Cédric Chouviat demande des excuses.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Gérald Darmanin "s'étouffe" lorsqu'il entend le terme de "violences policières" Crédit Image : Ludovic Marin / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
louis
Louis Chahuneau Journaliste

C'est une formule qui ne passe pas. Interrogé mardi 28 juillet par la Commission des lois de l’Assemblée nationale, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a déclaré devant les députés : "Quand j’entends le mot ‘violences policières’, personnellement je m’étouffe". Avant d'ajouter : "La police exerce une violence certes mais une violence légitime. [...] Elle doit le faire de manière proportionnelle, elle doit le faire de manière encadrée. Que quelques personnes le fassent en dehors des règles déontologique, la sanction doit être immédiate".

Une déclaration qui fait grand bruit en plein mouvement mondial de lutte contre les violences policières. La famille de Cédric Chouviat, décédé lors d'une interpellation policière à Paris le 3 janvier 2020, n'a pas tardé à lui répondre : "Mais quelle honte Mr Darmanin.‘Vous vous étouffez ?????’ Nous attendons vos excuses et surtout une réponse positive à notre demande de suspension en attente de procès", a réagi Cynthia Chouviat, sœur de la victime. 

"Vous venez, Monsieur Darmanin, de dépasser toutes les limites de la décence. Vous m'étiez indifférent. Plus maintenant. À bientôt sous d'autres auspices", a également déclaré Me Arié Alimi, l'avocat de la famille sur Twitter.

La déclaration de Gérald Darmanin intervient alors que le mouvement mondial contre les violences policières et le racisme bat son plein. La mort de Georges Floyd, un afro-américain décédé lors d'une interpellation le 25 mai 2020 à Minneapolis, aux États-Unis, a déclenché une vague de contestation. 

À lire aussi
Gérald Darmanin, le 12 juillet 2020, au Mans faits divers
Attaque à Paris : "manifestement c'est un acte de terrorisme islamiste", affirme Darmanin

Peu avant son décès, il avait crié aux policiers "I can't breath" ("Je ne peux pas respirer"), devenu un slogan contre les violences policières. En France, Cédric Chouviat avait aussi répété sept fois "J'étouffe !" aux policiers qui l'interpellaient au sol. Quant à Adama Traoré, il est également mort d'asphyxie lors d'une interpellation à Beaumont-sur-Oise en juillet 2016.

Plus récemment le ministre de l'Intérieur a fait polémique après ses propos sur "l'ensauvagement d'une partie de la société", lors d'une interview donnée au Figaro le 24 juillet 2020. Un concept historiquement utilisé par la droite dure et l'extrême droite.

À cette controverse s'ajoute la tension autour de sa récente nomination. Gérald Darmanin est en effet sous le coup d’une plainte pour viol, harcèlement sexuel et abus de confiance. De nombreuses personnalités publiques et associations féministes ont déjà réclamé sa démissionLa Cour de Paris a demandé le 11 juin 2020 la reprise des investigations à la suite de l'annulation d'un appel de non-lieu en cour de Cassation.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Gérald Darmanin Police Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants