3 min de lecture Police

Cédric Chouviat : une marche, un an après, pour la suspension des policiers impliqués

Un an jour pour jour après la mort de Cédric Chouviat lors d'une interpellation, une marche pour demander la suspension des quatre policiers impliqués aura lieu ce dimanche 3 janvier à Paris. La veuve du livreur y participera.

>
"Sans ces vidéos, jamais il n'y aurait eu d'enquête. Un an après, les policiers qui ont agi ainsi n'ont plus rien à faire dans la police", réagit Doria Chouviat Crédit Image : Capture d'écran Twitter @LDH_Fr | Crédit Média : Sina Mir | Durée : | Date :
Thomas Prouteau et Sina Mir

La famille de Cédric Chouviat, mort après un contrôle le 3 janvier 2020 à Paris et devenu l'un des symboles du sujet brûlant des violences policières, compte demander une nouvelle fois ce dimanche lors d'une manifestation la suspension des quatre policiers mis en cause. Cette marche, à partir de 14h dans l'ouest parisien (XVIe arrondissement), rendra hommage à ce livreur mort à l'âge de 42 ans, mais aussi à "toutes les familles de victimes" de violences policières

Le défilé entend s'élever contre la proposition de loi "Sécurité globale", vivement contestée ces derniers mois lors de manifestations, notamment par les journalistes et les défenseurs des libertés publiques. 

Le père de famille de 42 ans a été plaqué au sol avec son casque de moto sur la tête lors de ce contrôle policier du 3 janvier 2020, provoquant son malaise. Transporté dans un état critique à l'hôpital, il est mort le 5 janvier

La veuve dénonce le "corporatisme" des policiers

"Sans ces vidéos, jamais il n'y aurait eu d'enquête. Un an après, les policiers qui ont agi ainsi n'ont plus rien à faire dans la police", réagit auprès de RTL Doria Chouviat, la veuve de la victime. "Moi qui n'ai rien contre la police, j'ai quand même un problème avec leur pseudo solidarité, leur corporatisme. Tout de suite ils ont accordé leurs violons jusqu'au niveau du préfet", relève-t-elle. 

À lire aussi
emploi
Gers : il quitte Air France pour devenir éleveur de porcs noirs

Sur le visuel annonçant la marche, le visage de Cédric Chouviat apparaît avec ces mots : "Quatre policiers m'ont tué. Moi, mort le 3 janvier. Eux, toujours policiers". Quatre policiers ont participé à ce contrôle quai Branly près de la Tour Eiffel, à l'endroit où la marche de dimanche doit s'achever. Trois ont été mis en examen pour "homicide involontaire", tandis qu'une quatrième policière a été placée sous le statut de témoin assisté.

Selon l'Inspection générale de la police nationale, l'un des quatre policiers a pratiqué sur Cédric Chouviat un "étranglement arrière" pour l'amener au sol, une technique controversée dont l'ex-ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé en juin le futur abandon. Dans leur compte-rendu initial d'intervention, daté du jour des faits et signé par la policière au nom des quatre membres de l'équipage, les policiers ne faisaient pas état de cet "étranglement arrière".

Des expertises décisives attendues

Comme dans le dossier Michel Zecler, un producteur de musique violemment frappé en novembre à Paris par des policiers, ce sont des vidéos, tournées notamment par la policière et par Cédric Chouviat, qui ont apporté des éléments déterminants au dossier d'instruction. L'IGPN a ainsi pu établir que le livreur avait déclaré à plusieurs reprises "j'étouffe" avant son malaise. Des mots que les policiers mis en examen ont nié avoir entendu dans le bureau des juges en juillet.

Les résultats de deux expertises très importantes sont attendus d'ici quelques semaines : une reconstitution sonore de l'interpellation qui déterminera si la version des policiers est crédible. Et une analyse médicale de synthèse qui doit confirmer ou infirmer si la mort est due à une asphyxie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Justice Société
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants