1 min de lecture Police

Mort de Cédric Chouviat : les policiers ont-ils tenté de dissimuler leurs responsabilités ?

Nouveau rebondissement dans l'affaire concernant la mort de Cédric Chouviat, chauffeur-livreur de 42 ans. Les policiers mis en examen auraient tenté de se dédouaner.

Christelle Rebiere RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Mort de Cédric Chouviat : les policiers ont-ils tenté de dissimuler leurs responsabilités ? Crédit Image : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Micro RTL (illustration)
Guillaume Chieze édité par Pierre Jarnoux

"J'étouffe". Cédric Chouviat a prononcé ces mots à 7 reprises, le 3 janvier dernier. Ce chauffeur livreur de 42 ans était plaqué au sol par les policiers à l'occasion d'un contrôle routier. Il est mort deux jours plus tard. Les policiers affirment ne pas avoir entendu cette phrase. 

Ce mercredi matin, Mediapart et Libération, qui ont eu accès à l'enquête de l'IGPN, affirment que les policiers auraient tenté de dissimuler leurs responsabilités. Nos confrères affirment d'abord que les policiers qui sont intervenus ont menti lors de leurs auditions. Ils nient avoir entendu Cédric Chouviat crier "J'étouffe" alors qu'il était maintenu au sol.

Pourtant, sur une bande audio, on entend distinctement l'un des fonctionnaires dire à son chef de bord "C'est bon, lâche". Des mots dont le policier en question n'a plus aucun souvenir.

Grâce aux pièces du dossier de l'IGPN, Mediapart et Libération ont pu reconstituer le fil très précis des suites de ce contrôle tendu. Les forces de l'ordre ont mis près de deux minutes à retirer les menottes de Cédric Chouviat après avoir constaté le malaise. Et trois minutes à pratiquer un massage cardiaque. Un temps précieux qui a peut-être coûté la vie au livreur.

À lire aussi
faits divers
Haute-Garonne : disparition inquiétante d'une quinquagénaire, un appel à témoins lancé

Enfin, dernière révélation : le premier message diffusé sur les ondes de la police fait état d'un malaise et s'empresse de préciser qu'il n'y a pas eu d'étranglement. Une version reprise par le préfet de police dans son premier communiqué et qui a été largement démentie par la diffusion des premières vidéos.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Faits divers Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants