2 min de lecture Faits divers

Mort de Cédric Chouviat : son père ne "comprend pas qu'on laisse la police tuer dans la rue"

INVITÉ RTL - Alors que trois des quatre policiers ayant participé au contrôle routier de Cédric Chouviat le 3 janvier 2020, contrôle s'étant terminé par la mort du livreur, ont été mis en examen pour "homicide involontaire", son père, Christian Chouviat, a exprimé son incompréhension face aux violences policières.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Mort de Cédric Chouviat : son père ne "comprend pas qu'on laisse la police tuer dans la rue" Crédit Image : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot édité par Sarah Rozenbaum

Après la mise en examen pour "homicide involontaire" de trois des quatre policiers impliqués dans le contrôle routier de son fils ayant abouti à la mort de celui-ci, Christian Chouviat s'est dit "satisfait de la mise en examen". Même si le terme "involontaire ne nous convient pas". 

Le père de Cédric Chouviat n'a "pas grand-chose à reprocher" à la justice hormis le chef d'inculpation du quatrième policier impliqué : "Là où je suis en contradiction, c’est sur le chef d’inculpation de la policière qui est juste celui de 'témoin assisté'. Si elle est témoin assisté, il y a non-assistance à personne en danger parce qu’elle a vu quelqu’un mourir sous ses yeux."

Si Christian Chouviat a des reproches à faire, c'est à la police : "Aujourd’hui, il y a un tel tissu de mensonges depuis le 3 janvier jusqu’à aujourd’hui au niveau de la police, c’est vraiment scandaleux."

Le père de Cédric Chouviat attend beaucoup du nouveau ministre de l'Intérieur : "On voudrait voir Gérald Darmanin en face pour lui expliquer qu’on n’est pas un dossier, on est une famille en deuil. Qu’il défende la police ok, mais les fruits pourris, il faut les virer."

"Pas une fois, Cédric n'a sorti une grossièreté"

À lire aussi
Le navire Mistral quitte le port de Saint-Nazaire le 13 septembre 2014 faits divers
Fusillade à Saint-Nazaire : un homme blessé par balles est décédé

Selon lui, les quatre policiers devraient aujourd'hui être suspendus et ne pas "être dans la rue, à faire régner la loi sinon, ils n’ont plus qu’à se mettre un écriteau : 'Attention, on tue'."

Christian Chouviat a également tenu à dénoncer les affirmations de ceux qui ont accusé son fils d'avoir été grossier puisque : "Dans les enregistrements qu’on a vus ou entendus, pas une fois, Cédric n’a sorti une grossièreté".

Pour lui, la défense des policiers qui avancent ne pas avoir entendu Cédric Chouviat dire qu'il étouffait : "est un mensonge couvert par les autorités, c’est un mensonge couvert par tout le monde."

L'interdiction complète de la clé d’étranglement et du plaquage ventral sont pour le père de Cédric Chouviat une nécessité "parce que c’est des armes, la preuve, elles tuent."

Christian Chouviat a finalement exprimé son incompréhension face aux violences policières en général : "Je ne comprends pas qu’on s’acharne sur des détenus ou sur des délinquants pour en fin de compte laisser la police tuer dans la rue."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Justice Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants