1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Bretagne : 26 victimes, 15 années de faits... Un magicien pédophile jugé devant la cour d'assises
3 min de lecture

Bretagne : 26 victimes, 15 années de faits... Un magicien pédophile jugé devant la cour d'assises

Une affaire de pédophilie hors norme est jugée dès ce vendredi 30 septembre et pour deux semaines devant la cour d’assise d’Ille-et-Vilaine. L’accusé, un magicien et sculpteur de ballon de 36 ans, a reconnu avoir abusé 26 enfants.

L'homme sera jugé devant la cour d'assises d'Ille-et-Vilain à Rennes.
L'homme sera jugé devant la cour d'assises d'Ille-et-Vilain à Rennes.
Crédit : DAMIEN MEYER / AFP
Bretagne : 26 victimes, 15 années de faits... Un magicien pédophile jugé devant la cour d'assises
00:01:05
Maxime Levy - édité par Benoît Leroy

Sébastien va devoir assumer son passé devant la cour d’assises des mineurs d’Ille et Vilaine. Seize ans pendant lesquels le magicien de 36 ans a reconnu avoir abusé 26 enfants, âgés de 3 à 17 ans au moment des faits. Ceux-ci auraient été commis principalement dans la région rennaise, mais aussi à Brest, Mulhouse ou encore en Suisse.


Convoqué en 2017 après une plainte datant de 2014 pour attouchement sexuel sur une enfant de trois ans et demi, l’accusé se rend dans un commissariat de Rennes. Sébastien reconnait tout de suite les faits. Il donne aussi deux autres noms d’enfants. Commence ensuite, et pendant plusieurs mois, auprès des enquêteurs et du juge d’instruction un flot continue de révélations. 


Il reconnait des faits de viols, d’agressions sexuelles, de corruptions de mineurs sur 26 enfants, essentiellement des jeunes filles, mais aussi sur de jeunes garçons. Tous commis entre 2002 et 2017. Il constitue lui-même une liste et confesse notamment des attouchements sur sa sœur, mais également sur sa cousine. Si Sébastien comparaît devant la cour d'assises des mineurs, c'est parce que certains faits ont été commis lorsqu'il était lui-même mineur.

Le "bon copain" au-dessus de tout soupçon

Depuis ses 22 ans, Sébastien a alterné les petits boulots entre l’Angleterre et la France. S’il a cumulé les contrats dans la restauration, il se passionne pour l’animation auprès des jeunes enfants dans les colonies de vacances et les centres aérés. Il se captive pour la magie, l’illusionnisme, la sculpture de ballon. Il se lance alors dans des représentations sur les marchés de noël, des cafés, des crèches ou lors d’anniversaires pour les enfants de ses amis.

À lire aussi

Sébastien, c’est le "bon copain", l’ami "souriant et aimable", celui que l’on invite à dormir, à qui l’on fait confiance pour aller chercher les enfants à l’école et pour les garder à la maison. C’est justement dans son cercle amical et familial qu’il se rapproche de ses jeunes victimes.

Sophie était justement l’une de ses proches. En décembre 2017, elle reçoit un coup de fil et sa vie bascule. Sébastien lui annonce qu’il a abusé et violé à plusieurs reprises sa fille âgée de sept ans. "Ce fut un sacré choc. Au téléphone, je n’avais plus affaire à la personne que je connaissais. Pour moi, c’était devenu un inconnu, un monstre", a-t-elle confié auprès de RTL. Quelques minutes plus tard, Sébastien se rendra de lui-même au commissariat où il sera interpellé. 

Un accusé condamné en 2011 pour "atteinte sexuelle"

Ses amis lui font tellement confiance, que certains le laissent dormir avec leurs enfants.  À l’abri de la surveillance et de la suspicion des parents, il s’autorise à prendre des douches avec eux, à les filmer nus sur leur lit et à abuser d’eux. Un homme au-dessus de tout soupçon. Comme ses anciens amis, les parents des jeunes victimes, le disent : "Il s’agissait d’un véritable caméléon".

Beaucoup de parents se sentent d’ailleurs coupables de n’avoir rien vu. "Ce procès est important, car il peut permettre aux parents des victimes de comprendre que l’accusé a agi de manière réfléchie et organisée. Cela pourrait leur ôter le sentiment injustifié qu’ils ont fauté", a estimé Me Gwendoline Tenier, l’avocate d’une jeune victime dans le dossier, au micro de RTL.
 
Un homme insoupçonnable, mais Sébastien a été condamné en 2011 à 10 mois de prison avec sursis et trois ans de mise à l’épreuve pour "atteinte sexuelle sur mineur de 15 ans". Lors de son audition, l’accusé expliquait d’ailleurs "en vouloir au système judiciaire" de ne pas l’avoir arrêté à temps. Après cinq ans de détention provisoire, deux semaines de procès attendent donc l’accusé qui risque vingt ans de réclusion criminelle. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.