2 min de lecture Environnement

Marée noire à l’Île Maurice : à nouveau, du fioul s'écoule du bateau échoué

Le Wakashio s'est échoué le 25 juillet dernier au large des côtes de l'Île Maurice avec 3.800 tonnes de fioul et 200 tonnes de diesel à bord. Depuis, plusieurs tonnes se sont déjà écoulées dans l'Océan Indien, provoquant ainsi une catastrophe écologique sans précédent.

Le Wakashio, échoué au large de l'île Maurice, le 9 août 2020.
Le Wakashio, échoué au large de l'île Maurice, le 9 août 2020. Crédit : AFP
Camille Descroix
Camille Descroix
et AFP

Du fioul a recommencé à s'écouler ce vendredi 14 août du bateau échoué depuis trois semaines au large de l'Île Maurice, ont indiqué des témoins, alors qu'entre 800 et 1.000 tonnes de fioul se sont déjà échappées de ses flans éventrés et ont souillé les côtes.

Le vraquier MV Wakashio, appartenant à un armateur japonais, s'est échoué le 25 juillet sur un récif à la Pointe d'Esny, au sud-est de l'île Maurice, avec 3.800 tonnes de fioul et 200 tonnes de diesel à bord. La marée noire a déjà fait de nombreux dégâts, notamment auprès des espaces protégés avec des forêts de mangrove et des espèces menacées.

Alors que le bateau menaçait de se briser, les équipes d'intervention ont mené une course contre la montre pour pomper le reste du carburant. Mercredi 12 août, les autorités ont annoncé que tout le fioul contenu dans les réservoirs avait été pompé et qu'il n'en restait plus que 100 tonnes sur le bateau, notamment dans la cale.

Du fioul présent dans la cale et impossible à pomper

C'est ce reliquat qui a commencé à s'écouler ce vendredi 14 août. "Depuis ce matin, l'eau est redevenue noire autour du Wakashio", a indiqué à l'AFP un pêcheur local, Alain François. "Les autorités nous ont expliqué que ce sont les vagues qui pénètrent le bateau, qui font remonter le fioul se trouvant dans la cale", a-t-il ajouté.

À lire aussi
La devanture d'un magasin Ikea (illustration) commerce
Ikea se lance dans la commercialisation de panneaux solaires

Une source travaillant sur l'opération de dépollution a expliqué, sous couvert d'anonymat, que cette nouvelle fuite provenait de la salle des machines, où il est impossible de pomper. "On ne peut pas pénétrer dans cette partie du navire. C'est trop dangereux. Il y a des risques d'asphyxie", a-t-elle justifié.

Le gouvernement mauricien accusé de négligence, Greenpeace veut des réponses

L'écoulement devrait être capté par les boudins flottants fabriqués par les milliers de volontaires mauriciens qui se sont mobilisés pour limiter la catastrophe écologique, a pourtant indiqué cette même source.

Le gouvernement mauricien a été accusé de négligence. La population se demande pourquoi si peu a été fait entre le moment où le Wakashio s'est échoué et l'apparition de la fuite. Le Premier ministre Pravind Jugnauth a estimé qu'aucune erreur n'avait été commise et a refusé de présenter des excuses.

Dans une lettre adressée jeudi 13 août au propriétaire et à l'armateur japonais du bateau, Greenpeace a estimé qu'il restait "plusieurs questions sans réponse". "Pourquoi votre navire naviguait-il si dangereusement près des récifs ? Pourquoi avez-vous fait si peu depuis que le bateau s'est échoué ? Qu'allez-vous faire pour réduire les dégâts environnementaux, et la douleur et la souffrance de ceux dont la vie en dépend ?", a demandé l'ONG.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Biodiversite Accident
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants