3 min de lecture Hong Kong

À Hong Kong, on peut transformer les morts en diamants

VU DANS LA PRESSE - Les "diamants mémoriels" cartonnent à Hong Kong à cause du manque de place dans les cimetières.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
À Hong Kong, on peut transformer les morts en diamants Crédit Image : MONIRUL BHUIYAN / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet édité par Coline Daclin

Les diamants sont éternels, et à Kong Kong encore plus qu'ailleurs. Depuis quelques années, la grande mode là-bas est de transformer les cendres des défunts en pierre précieuse

Un article publié par Slate explique qu'avec cinq cents grammes de cendres et six mois d'attente, vous pouvez devenir propriétaire d'un diamant mémoriel, dont la couleur varie selon la composition des cendres. 

Plus qu'une mode, c'est la solution à un terrible problème de place. Hong Kong est l'un des endroits les plus denses au monde, avec presque 7.000 habitants au kilomètre carré. Loger les vivants est déjà compliqué : il faut des immeubles toujours plus hauts, des appartements de plus en plus petits, et de plus en plus chers. 

L'exemple le plus monstrueux est certainement la citadelle de Kowloon, qui a abrité près de 2 millions d'habitants au kilomètre carré, avec quasiment pas de lumière naturelle. Elle a été détruite, mais remplacée par des "maisons-cages", tellement petites qu'on les appelle aussi les "appartements-cercueils". 

Trouver de la place pour les morts

À lire aussi
Une cabine désinfectante contre le coronavirus installée à l'aéroport international d'Hong Kong. coronavirus
Les infos de 18h - Coronavirus à Hong-Kong : surveillance resserrée des résidents

Dans ces conditions, où trouver la place pour les 50.000 morts annuels ? Les lois de l'immobilier s'appliquent : les tombes privées coûtent une fortune, près de 25.000 euros. Les tombes publiques sont un peu plus abordables, mais le prix émotionnel est terriblement élevé. Tous les six ans, la tombe est ouverte, le corps exhumé et incinéré. Sachant qu'il faut en moyenne 4 ans pour obtenir une place dans un columbarium. Selon les estimations, près de 400.000 urnes auront du mal à trouver une place d'ici à 2023.

L'idée du diamant, née en Suisse, connaît donc ici un succès fulgurant. Les ventes ont doublé sur les quatre premières années. C'est beaucoup moins cher qu'une sépulture : les premiers prix tournent autour de 3.600 euros

Et puis, "le diamant mémoriel permet aux familles de faire un deuil plus rapide", explique la société Algordanza. Témoignages à l'appui, la société soutient qu'il crée un sentiment de proximité. Une femme qui vient de perdre son enfant d'un cancer raconte : "Je me sens en paix, dit-elle, je sens mon fils près de moi". 

Des vertus sentimentales, et des vertus pratiques aussi. Un homme a ainsi transformé les cendres de son papa aventurier en diamant, et cela lui a permis d'exaucer ses dernières volontés. Il a emporté la pierre avec lui dans tous les pays que son père voulait visiter de son vivant.

Un tabou important

Une solution a priori idéale donc. Mais à Hong Kong, promener un diamant qu'on appelle "Papy" est assez tabou. En Europe, les cimetières sont proches des lieux de vie, les morts ne sont jamais bien loin. Là-bas, les vivants et les morts doivent rester le plus éloignés possible les uns des autres. Traditionnellement, les cimetières sont situés à l'écart des villes. 

Explication d'une professeure de théologie : "Ici, les esprits n'ont rien de positif. On est très loin de l'image de Casper le gentil fantôme. L'intimité avec la mort est vraiment proscrite. Alors, la porter sous forme de diamant…"

Le diamant lui-même pose aussi problème. Incinérer un corps pour le transformer en pierre précieuse pourrait empêcher l'esprit de la personne décédée de poursuivre son chemin. Plus que ça : il empêcherait le défunt de se reposer auprès de sa famille, ce qui se passe avec des funérailles traditionnelles.

Bien sûr, tout le monde ne respecte pas à la lettre ces traditions ancestrales. Mais Hong Kong reste tout de même très imprégné de confucianisme, de taoïsme et de bouddhisme. C'est son identité et elle y tient, notamment face à la Chine, qui est devenue séculaire avec la révolution culturelle. Le succès des diamants ne sera pas éternel, sans doute.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Hong Kong Mort Décès
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants