2 min de lecture Coronavirus Allemagne

Coronavirus : comment l'Allemagne limite la reprise de l'épidémie

L'État allemand continue à miser sur des campagnes de dépistages et des conditions de déplacements restreintes, pour maintenir de bons indicateurs sanitaire.

Un homme portant un masque fait du vélo devant la porte de Brandebourg, à Berlin, en Allemagne
Un homme portant un masque fait du vélo devant la porte de Brandebourg, à Berlin, en Allemagne Crédit : John MACDOUGALL / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Comme l'immense majorité des pays européens, l'Allemagne connaît une ré-augmentation de son nombre de cas de Covid-19, après un creux constaté pendant l'été. Malgré cela, la situation reste moins préoccupante dans le pays que chez ses voisins européens, notamment en France

Au 8 septembre, le taux d'incidence allemand était de 9,6 cas pour 100.000 habitants. Deux jours plus tard, il était de 32,3 cas pour 100.000 habitants au Royaume-Uni et de 70,5 cas pour 100.000 habitants en France. 

Depuis le début de la crise, les chiffres du coronavirus en Allemagne sont nettement moins préoccupants qu'ailleurs en Europe. Le pays de plus de 80 millions d'habitants a connu moins de 10.000 décès liés à la Covid-19 ces derniers mois : c'est trois fois moins que la France et l'Espagne, et quatre fois moins que le Royaume-Uni.

L'Allemagne a enregistré, depuis début, jusque 1.892 nouveaux cas en 24h et un millier de contaminations quotidiennes en moyenne. Une reprise, certes, mais loin de ce qui est constaté en France, où plus de 4.000 cas ont été enregistrés tous les jours depuis le début du mois, au Royaume-Uni ou encore en Espagne, qui a rajouté plus de 12.000 infections à son compteur le vendredi 11 septembre.

Restrictions de déplacements et reconfinements locaux

À lire aussi
Un serveur londonien, le 20 septembre 2020 Europe
Covid-19 : Angleterre, Espagne et Allemagne... Ces pays qui serrent la vis

La stratégie allemande, soutenue par la majorité de sa population selon de récents sondages, a vu plusieurs zones reconfinées localement depuis le mois de mai, d'importantes campagnes de dépistages déployées et des conditions d'entrées sur le territoire parfois sévères. 

Ainsi, l’Allemagne a classé une centaine de pays comme étant, dans leur intégralité, des "zones à risque". D'autres États sont ciblés uniquement pour certaines régions. C'est le cas de la France, avec l'Occitanie, la Nouvelle-Aquitaine, l'Auvergne-Rhône-Alpes et la Corse. Les personnes arrivant en provenance de ces zones sont soumises à 14 jours d'isolement et un dépistage obligatoire à l'arrivée.

L'État allemand effectue aujourd'hui légèrement moins de dépistages par milliers d'habitants que d'autres pays avoisinants, dont la France. Néanmoins, il fut parmi les premiers à lancer des campagnes massives de dépistages. Dès le milieu du mois de mars, au moins 350.000 tests hebdomadaires étaient effectués.

L'inquiétude autour du coronavirus semble retomber en Allemagne. Le 11 septembre, le chef de la principale association de médecins allemande déclarait que la population pouvait maintenant "éteindre son bouton panique". Un sondage réalisé quelque jours plus tôt montré que 73% des interrogés se disaient peu, voir très peu, préoccupés par la situation sanitaire.

La rédaction vous recommande

 

Lire la suite
Coronavirus Allemagne Épidémie Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants