1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Famille royale : comment Charles III compte diminuer le train de vie de la monarchie
3 min de lecture

Famille royale : comment Charles III compte diminuer le train de vie de la monarchie

En héritant de la Couronne, Charles III récupère aussi l’une des plus grosses fortunes mondiales, qui a besoin d’être restructurée, pointe François Lenglet sur RTL.

Charles III le 10 septembre 2022
Charles III le 10 septembre 2022
Crédit : Victoria Jones / POOL / AFP
LENGLET-CO - Comment Charles III compte diminuer le train de vie de la monarchie
00:04:11
Charles III : propriétés, travaux, climat...la (très) grosse fortune du Roi doit faire sa révolution
00:04:11
François Lenglet - édité par Benoît Leroy

Si Charles hérite bien d'une sacrée fortune, après le décès d'Elizabeth II, la majorité des actifs provient des propriétés de la Couronne, qui appartiennent en réalité à l’état britannique. Le Roi possède en outre une fortune privée, constituée principalement du Duché de Lancaster, d’actifs financiers et de Palais qui appartiennent à la famille, comme Balmoral en Écosse.

Le Duché de Cornouailles lui appartenait jusqu’à la mort d’Elizabeth. Mais comme il est désormais le Roi, Charles a transmis ce vaste domaine à son fils William, l’héritier apparent du trône, devenu Prince de Galles.
 
La fortune privée du Roi pèse plusieurs centaines de millions d’euros. Quant aux propriétés de la Couronne, c’est environ 17 milliards aujourd’hui. En vertu d’une loi passée en 2012, le Roi touche 15% des revenus des domaines de la Couronne, plus 10% supplémentaires le temps de rénover Buckingham, qui tombe en ruines : il y en a pour près d’un demi-milliard de travaux sur dix ans, la plomberie et le chauffage datent de l’après-guerre. 

Cela représente plusieurs dizaines de millions annuels, qui servent à payer les 400 employés de la "Firme", à financer les réceptions et les voyages officiels ainsi que l’entretien des résidences. À cela s’ajoutent les revenus de la fortune privée, entre 20 et 30 millions par an. 

Des impôts sur les revenus, mais pas sur les successions

Charles III paye-t-il des impôts ? Formellement, il n’y est pas obligé, la famille royale n’en a pas payé pendant longtemps. Mais Elizabeth II faisait une contribution "volontaire" du montant des impôts, au Trésor public. C’est une réforme qu’elle avait introduite pour se rapprocher de ses sujets. Sans doute fera-t-il de même. En revanche, pas d’impôt sur les successions, ni sur les sociétés, ni sur les plus-values.
 
On prête à Charles la volonté de diminuer le train de vie de la monarchie, pour être en phase avec la crise économique que subissent les Anglais, bien plus profonde que la nôtre. Il souhaite notamment réduire le nombre d’Altesses royales qui vivent aux frais de la Couronne. Son fils Harry et son épouse ont de fait rompu avec la famille, son frère Andrew d’York a lui aussi été mis de côté, pour une affaire judiciaire liée à Jeffrey Epstein

À écouter aussi

Il voudrait aussi réduire le nombre de résidences. Mais pas facile. Par exemple, vendre une propriété en Écosse pourrait être interprété comme un signal politique, à l’heure où nombre d’Écossais rêvent d'une indépendance

Un portefeuille royal "vert" d'ici à 2030

Le domaine de la Couronne a bu la tasse en 2020, car il comprend beaucoup de magasins à Londres, qui ont été fermés pendant le confinement et qui ont perdu leurs clients asiatiques. Les locataires ont demandé et obtenu d’importantes remises de loyer. La Couronne possède notamment Regent’ Street, l’une des artères commerciales les plus fréquentées de la capitale. Sans doute faudra-t-il alléger ces investissements pour diversifier. Par ailleurs, bon nombre de bâtiments ne sont plus aux normes environnementales, et la neutralité carbone pour le portefeuille royal est espérée d'ici à 2030. 

En revanche, la Couronne a réalisé une grosse plus-value avec la mise aux enchères des côtes maritimes qu’elle possède, en Angleterre, aux Pays de Galles et en Irlande du Nord. Les compagnies d’énergie se sont battues pour obtenir les concessions afin d’installer des champs d’éoliennes. Et la valeur des terrains royaux a doublé, dépassant les quatre milliards. De quoi satisfaire un roi réputé sensible à la question climatique.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info