1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Mort d'Elizabeth II : Charles III sera-t-il le premier roi écolo ?
3 min de lecture

Mort d'Elizabeth II : Charles III sera-t-il le premier roi écolo ?

PORTRAIT - Le successeur d'Elizabeth II est depuis toujours un farouche défenseur de l'environnement et pourfendeur du réchauffement climatique.

Le Prince Charles, à Balmoral, en Écosse, le 1er octobre 2021
Le Prince Charles, à Balmoral, en Écosse, le 1er octobre 2021
Crédit : Andrew Milligan / POOL / AFP
Charles sera-t-il le premier roi écolo ?
00:01:20
Thomas Pierre & Virginie Garin & Lison Bourgeois

Elizabeth II est morte jeudi 8 septembre dans son château écossais de Balmoral. Son fils aîné, Charles, est immédiatement devenu le nouveau roi d'Angleterre. Son nom de règne sera Charles III. Mais quel roi sera-t-il ?

C'est un sujet pour lequel le nouveau Roi d'Angleterre sort facilement de sa réserve : l'environnement. En octobre 2021, quelques semaines avant l'ouverture de la COP26, chez lui en Écosse, celui qui était alors Prince demandait aux dirigeants de la planète des "actes", en les invitant à ne pas faire "que parler" lors du sommet pour le climat. 

Selon lui, l'impact serait "catastrophique" si des mesures ambitieuses n'étaient pas décidées. "Cela commence déjà à être catastrophique car rien dans la nature ne peut survivre à la pression créée par ces conditions météorologiques extrêmes", avertissait-il. "Le problème, c'est d'agir sur le terrain". 

Lui dire agir, en tant qu'individu. La preuve, à travers cette anecdote qui le définit bien. Le souverain racontait en octobre 2021 que sa voiture, une Aston Martin qu'il possède depuis plus de 50 ans, avait été modifiée pour pouvoir rouler avec "du surplus de vin blanc anglais et du lactosérum provenant du processus de fabrication du fromage". Un mélange de 85% de bioéthanol et 15% d'essence sans plomb. 

À écouter aussi

Une posture démagogique du nouveau Monarque britannique ? Pas vraiment. Car le changement climatique, l'écologie, sont le cheval de bataille de Charles depuis plusieurs décennies. L'héritier de la Couronne n'a d'ailleurs eu de cesse de sensibiliser son entourage et ses futurs sujets aux problématiques environnementales. L'éternel Prince de Galles a d'ailleurs lancé récemment, sur Amazon prime Vidéo, une chaîne de télévision dédiée. 

La rédaction vous recommande

Une économie mondiale plus "verte"

En novembre 2020, il lançait également une collection de mode fidèle au principe du développement durable, à travers sa propre fondation caritative, allant jusqu'à affirmer que le modèle de "fast fashion" devait s'arrêter. Son propre fils, le Prince Harry, raconte d'ailleurs dans les pages de Vogue que son père "fait partie de ces personnes qui détestent jeter quoi que ce soit".

Plus largement, le roi Charles III plaide régulièrement pour un changement de modèle économique plus responsable. "Afin d'assurer notre avenir et de prospérer, nous devons faire évoluer notre modèle économique et placer les humains et la planète au cœur d'une création de valeur mondiale", assurait-il en juin 2020 au Forum Économique Mondial de Davos. I

Il y défend même, après la pandémie de Covid-19, une "réinitialisation" complète : "S'il y a une leçon essentielle à tirer de cette crise, c'est que nous devons placer la nature au cœur de notre mode de fonctionnement. Nous ne pouvons tout simplement pas perdre plus de temps". Une radicalité qui tranche pour une tête couronnée, dont l'engagement n'est pourtant pas nouveau. 

Le "Prince des patates"

Dans un documentaire de la BBC, diffusé en 2008, le futur souverain reconnaissait lui-même être "sacrément emmerdant'" quand il s'agissait de faire du lobbying sur les sujets environnementaux. Passionné de botanique et de jardinage, le fils d'Elizabeth II a ouvert une ferme biologique dès 1985. Avec 300 hectares de terres cultivées sans pesticides et un élevage en plein air de bovins, le Prince Charles était alors la cible de nombreuses moqueries. La presse lui avait même trouvé un surnom : le "Prince des patates". 

En avance sur son époque, Charles ? Sans aucun doute. En 1988, il est l'un des premiers à annoncer la fin de son usage des aérosols, nocifs pour la couche d'ozoneDeux ans plus tard, il lance son propre label "Duchy Originals" en faveur d'une agriculture bio. Aujourd'hui encore, la marque Duchy est une référence sur le marché du bio outre-Manche, avec un chiffre d'affaires de plusieurs centaines de millions d'euros. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire