1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Les ventes d'ordinateurs portables décollent depuis le confinement
3 min de lecture

Les ventes d'ordinateurs portables décollent depuis le confinement

Le marché des ordinateurs portables n'avait pas connu un tel dynamisme depuis 10 ans. Un signe que la consommation se réoriente vers les achats importants pour la maison.

L'écriture sur ordinateur (illustration)
L'écriture sur ordinateur (illustration)
Crédit : iStock / Getty Images Plus
Les ventes d'ordinateurs portables décollent depuis le confinement
02:57
Coronavirus : les patrons français appréhendent les remboursements de prêts
03:09
Les ventes d'ordinateurs portables décollent depuis le confinement
02:56
Coronavirus : les patrons français appréhendent les remboursements de prêts
03:09
Martial You - édité par Coline Daclin

C'est la revanche de l'ordinateur à la maison. Les ventes de PC portables décollent depuis le confinement. Une progression de 20 à 25% tous les trimestres. En effet, il a fallu que chacun retrouve un ordinateur personnel pour travailler ou pour suivre ses cours à distance. Le marché n'avait pas connu un tel dynamisme depuis 10 ans.

On assiste à un véritable rallye mondial pour trouver des micro-processeurs et des ordinateurs premier prix. À tel point qu'aux États-Unis, on frôle la rupture de stocks pour la rentrée scolaire. Chez BestBuy, qui est un peu le Fnac-Darty américain, 24 des 28 ordinateurs de moins de 400 euros étaient épuisés. En France, on assure que le niveau de stock est bon mais les usines de production d'ordinateurs tournent à plein régime en Asie.

Cette surchauffe est liée à un effet retard du confinement en Asie. Il y a eu un effet ciseau.
Pendant deux mois, les fabricants de PC et surtout de micro-processeurs ont été à l'arrêt en Chine ou au Vietnam. C'est un phénomène qu'on avait connu au moment de Fukushima au Japon en 2012. Donc on n'a pas fabriqué de micro-processeurs. 

Et, dans le même temps, en Europe et aux États-Unis, on confinait et on développait le télétravail : c'est le moment où les particuliers ont constaté que leur PC maison était à bout de souffle et c'est le moment où les entreprises ont équipé leurs salariés en ordinateur.
On a donc produit en priorité des ordinateurs plus chers et les ordinateurs maison ont été oubliés. Cette course aux micro-processeurs fait le bonheur d'acteurs comme le français STMicroelectronics par exemple.

La "Cocoon Economie"

À lire aussi

Lundi 24 août sur RTL, Bruno Le Maire disait qu'on ne consommait pas assez. Il souhaitait qu'on pioche plus dans les 100 milliards d'épargne sur le livret A. Mais cette ruée sur les ordinateurs portables montre que les Français consomment. En revanche, c'est une consommation différente, qu'on pourrait appeler la "Cocoon Economie". On se replie sur soi et on achète des biens pour la maison. C'est évidemment encore plus fort en période de post-confinement.

Le cabinet GFK a constaté une hausse de 36% des achats pour la maison après le confinement. Des achats plus importants et plus exceptionnels pour les familles : les ventes de PC, de téléviseurs, de frigidaires et de voitures ont atteint des niveaux supérieurs à 2019.
Les opérateurs télécoms ont aussi constaté une hausse des demandes d'abonnement à la fibre pour avoir une meilleure connexion internet.

La consommation s'est donc recentrée sur la maison. Ce sont des choix budgétaires conséquents, exceptionnels, quitte à être un peu plus raisonnable sur les achats du quotidien comme les loisirs, l'habillement ou l'alimentaire.

Buffalo Grill sur les rangs pour reprendre Courtepaille

La chaîne de steaks Buffalo Grill a déposé un dossier de reprise hier. Elle propose de garder 85% des 3.600 salariés de Courtepaille. Le confinement a en effet précipité Courtepaille, qui était déjà fragile vers le redressement judiciaire. Le tribunal de commerce d'Évry a jusqu'au 14 juillet pour étudier tous les dossiers.

La note du jour : 10/20 à Facebook

Le groupe Facebook solde un vieux contentieux avec les impôts et paie un redressement fiscal de 106 millions d'euros. Ce qui est intéressant dans cette affaire, c'est que petit à petit, les grandes multinationales comme Apple, Facebook et Amazon acceptent l'idée de payer un peu plus d'impôts dans les pays où ils opèrent et de rentrer dans le rang.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/