1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. DieselGate : qu'est-ce que ça change pour Renault ?
3 min de lecture

DieselGate : qu'est-ce que ça change pour Renault ?

ÉDITO - La firme au losange est rattrapée par le DieselGate. Si l'impact est lourd en terme d'image, il s'oriente déjà depuis un moment vers l'électrique.

Le logo Renault devant l'usine de Choisy-le-Roi (illustration)
Le logo Renault devant l'usine de Choisy-le-Roi (illustration)
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Renault mis en examen dans le dieselgate prend résolument la route de l'électrique
03:01
Renault mis en examen dans le dieselgate prend résolument la route de l'électrique
03:01
Martial You - édité par Coline Daclin

Renault est donc rattrapé par le DieselGate. Mais si on est honnête, Renault, Volkswagen et autres ont déjà tourné la page du diesel. Le roi des motorisations décroche depuis la révélation de cette affaire en Allemagne et tous les constructeurs du monde se sont réorientés vers les moteurs hybrides ou électriques.

Toutefois, ce qui se passe en France est plus lourd qu'ailleurs dans le monde, puisque c'est la première fois que cette affaire est jugée au pénal. C'est plus lourd en terme d'image pour la marque.
 
Renault continue néanmoins de nier avoir utilisé un logiciel trompeur, à la différence de Volkswagen. Le groupe allemand a tout de suite reconnu les faits : l'utilisation d'un logiciel qui corrigeait la pollution des moteurs diesel lors des contrôles. Volkswagen a déjà payé 30 milliards d'euros en indemnisations sur cette affaire.

Un parc automobile de plus en plus hybride

On verra ce que dit l'enquête, mais Renault avait apparemment le même sous-traitant.
Depuis le début, Renault assure qu'il a respecté les règles en vigueur à l'époque sur les contrôles. Simplement, les règles étaient faussées car on ne faisait pas les essais dans les conditions de circulation normales. A la rigueur, cela n'a pas grande importance... L'affaire, une fois jugée, va permettre de tourner définitivement la page du diesel pour l'ensemble des constructeurs.
 
D'autant que les consommateurs souhaitent des voitures propres. En mai dernier, les ventes de véhicules hybrides représentaient 26% du parc alors que les motorisations diesel tombaient à 22%. C'était encore 35% en 2019. L'âge d'or du diesel est terminé.

Attention quand même car l'âge du parc des voitures d'occasion, lui, est de 10 ans et demi. Et là, on y roule encore au gazole. C'est souvent la motorisation qui est à la portée du pouvoir d'achat d'un jeune conducteur qui vient de décrocher le permis ou d'un couple de 25 ans avec son premier enfant. Donc on va continuer à voir circuler des diesels sur nos routes pendant quelques années, avec ou sans logiciel trompeur.

Une stratégie électrique dans les Hauts de France

À lire aussi

 De son côté, Renault vient d'ailleurs de mettre sur pied son plan "ElectriCity" dans les Hauts de France. Une stratégie commune à tous les constructeurs puisque Volkswagen a annoncé qu'il basculait intégralement aussi dans les prochaines années. Les hybrides représentent déjà 100% des ventes de Suzuki 75% des ventes de Toyota.

Renault va donc déployer une stratégie électrique à Douai, Maubeuge et Ruitz d'ici 2022. Cela doit permettre de créer à terme 700 emplois autour de la nouvelle R5. Tous les syndicats du groupe ont signé cet accord, ce qui montre l'adhésion au projet. Et cela va s'accompagner d'une usine de batterie.

PSA Stellantis aura aussi son usine de batterie dans les Hauts de France. Ca signifie que la filière s'organise. On concentre ce savoir-faire dans une région industrielle et avec une forte tradition automobile, c'est plutôt une bonne nouvelle pour notre industrie. Peut-être que l'affaire du DieselGate a enterré le diesel pour faire émerger une filière d'avenir.

Le Plus : une étape contre la domination des GAFA

Cette fois, c'est Google qui est visé. Aux Etats-Unis, le procureur général de l'Ohio propose que Google devienne un service public afin d'en finir avec sa domination qui oriente les habitants vers ses services et ses clients. Peu de chance que ça aille au bout mais ça montre que la fronde monte de plus en plus contre la toute puissance de ces firmes.

La note : 9/20 aux produits alimentaires

Les denrées alimentaires et les matières premières agricoles flambent depuis quelques mois. L'ANIA, qui représente les industriels de l'agro-alimentaire, demandent qu'on puisse augmenter le prix de leurs produits de 9% dans les rayons des supermarchés pour répercuter cette hausse. Ca signifie qu'on s'oriente quoi qu'il arrive vers une hausse des prix.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/