1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Davos : l'engagement écologiste des chefs d'entreprises est-il sincère?
2 min de lecture

Davos : l'engagement écologiste des chefs d'entreprises est-il sincère?

Au forum de Davos, en Suisse, la question climatique a été au centre des débats. Si la plupart des grands patrons ont déclaré avoir pris conscience de l'urgence climatique, l'ombre du greenwashing plane toujours.

Les 40 starts-up françaises les plus prometteuses ont rendez-vous à Davos ce mercredi 22 janvier.
Les 40 starts-up françaises les plus prometteuses ont rendez-vous à Davos ce mercredi 22 janvier.
Crédit : Fabrice COFFRINI / AFP
Davos : l'engagement écologiste des chefs d'entreprises est-il sincère?
04:04
Davos : l'engagement écologiste des chefs d'entreprises est-il sincère?
04:04
Martial You

Au forum économique mondial de Davos, on parle beaucoup de climat. Mais comment savoir si l'engagement écologiste des grands patrons est sincère? Globalement, le diagnostic de l'urgence climatique est partagé par la plupart des dirigeants des grandes entreprises présents à Davos. 

Le problème, c'est que le discours vert des grandes multinationales n'est pas nouveau. Il est apparu avec le concept de "responsabilité sociale de l'entreprise" : moins de photocopies, des messages "n'imprimez pas cet e-mail ce n'est pas bon pour l'environnement"... Finalement, ces engagements tenaient plus du gadget que d'autre chose. On a appelé ça du "greenwashing", où quand les entreprises repeignaient leur discours en vert.

Aujourd'hui la situation est différente. À Davos, les patrons ont été secoués par les discours de Greta Thunberg et du prince Charles : "À quoi peut bien servir l'argent du business si vous devez le regarder brûler dans d'atroces circonstances", a alarmé le membre de la famille royale britannique. 

1.000 milliards d'euros pour l'environnement

À la sortie du forum économique mondial, le patron d'Accenture Europe, Jean-Marc Ollagnier est parti, persuadé que les responsables économiques allaient retourner dans leurs entreprises en demandant à leurs équipes partout dans le monde : "Maintenant, que fait-on en faveur de l'environnement ?"

À lire aussi

Concrètement, le monde économique s'est engagé à soutenir financièrement des projets éco-responsables à travers le monde : 1.000 milliards en tout. Microsoft a promis d'atteindre la neutralité carbone d'ici 10 ans. 10 ans aussi pour déployer de nouvelles technologies qui pourraient apporter des solutions aux problématiques des réfugiés climatiques

La technologie au service du climat?

Bertand Camus, le patron de Suez, a défendu l'accès à l'eau potable dans le monde entier : "Des solutions existent, de la désalinisation à la réutilisation des eaux usées pour des usages agricoles ou industriels."

Le progrès technologique pour sauver le climat, c'est un peu le credo des patrons. Mais ils doivent aussi trouver un modèle économique viable. C'est la première fois que le monde doit gérer trois enjeux mondiaux cruciaux : la révolution digitale, l'explosion démographique et l'urgence climatique.

Urgence climatique et survie des industries traditionnelles restent tout de même des intérêts qui se télescopent. Et comme cela fait longtemps que les industriels jouent la montre et ne font rien sur la question climatique, on a du mal à les croire aujourd'hui.

La note

9/20 à Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a annoncé à Davos la signature d'un accord commercial entre l'Union européenne et les États-Unis. Problème : personne au forum économique mondial n'est au courant, pas plus qu'à Bruxelles.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/