4 min de lecture Retraites

Réforme des retraites : que reste-t-il réellement des régimes spéciaux ?

DÉCRYPTAGE - Pointés du doigt pour les avantages qu'ils recèlent, les régimes spéciaux des retraites ont pourtant été rognés depuis plusieurs années.

L'Eco and You - Martial You L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Réforme des retraites : que reste-t-il réellement des régimes spéciaux ? Crédit Image : MATTHIEU ALEXANDRE / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Ryad Ouslimani

On essaie d'y voir clair jusqu'à mercredi 4 décembre dans la jungle des régimes spéciaux. Car ils sont au cœur du bras de fer avec le gouvernement. Et on va commencer ce lundi par les plus décriés, ceux des cheminots et des agents RATP. En premier lieu, combien gagne un retraité de la SNCF ? 
 
Selon le bilan social 2018 de la SNCF, le salaire moyen est de 3.172 euros brut. Comme la pension de retraite reprend 75% de la rémunération la plus élevée sur les 6 derniers mois avant le départ en retraite, on arrive à 2.379 euros brut en moyenne. Soit une retraite aux alentours de 2.000 euros net.
 
L'autre point de conflit concerne l'âge du départ à la retraite. Ce dernier dépend de son année de naissance. Depuis 2008, on est en train de rattraper le régime général. On ne part plus à 55 ans avec un taux plein. Du coup, ceux qui sont nés après 1965 (les premiers à être concernés par la réforme du gouvernement aujourd'hui) doivent déjà cotiser 167 trimestres et partent à 61 ans.

Des régimes moins spéciaux qu'auparavant

 Et pour ceux qui sont nés en 1981, ils doivent travailler 172 trimestres et partiront à 62 ans. On se rapproche donc progressivement du régime général, alors pourquoi une telle colère des cheminots contre cette réforme par points ? Disons qu'elle traduit un ras-le-bol. Un sentiment de trahison aussi par rapport aux conditions d'embauches qui ont été rognés ces dernières années.

Mais surtout, il y a une rancœur des cheminots qui n'ont toujours pas digéré la réforme ferroviaire de l'an dernier. 35 jours de grève pour rien et, cette phrase d'Édouard Philippe à l'époque : "Les Français paient de plus en plus cher, pour un service qui marche de moins en moins bien". 
 
Donc il y a une rancune, et une fatigue aussi. L'an dernier, le taux de démission à la SNCF a grimpé de 34% par rapport à 2017, à cause de conditions de travail difficiles et d'avantages de moins en moins intéressants. À partir du 1er janvier (dans un mois), les nouveaux cheminots qui seront embauchés n'auront plus droit au statut.

 Autre grosse mobilisation attendue, celle de le RATP. Leurs conditions de départ à la retraite sont un tout petit peu plus avantageuses. L'âge moyen de départ à la retraite aujourd'hui est de 58 ans, 52 ans pour les "roulants" et 62 ans pour les "sédentaires" dans les bureaux. Mais c'est un âge théorique car, dans les faits, les "roulants" partent plutôt après 55 ans pour pouvoir bénéficier d'une retraite pleine car sinon on leur impose une décote.

Des retraites avantageuses uniquement en cas de surcote

À lire aussi
Le cortège CGT manifeste contre la réforme des retraites à Marseille (illustration) société
Retraites : qui auraient été les gagnants et les perdants avec l'âge pivot ?

Car, comme dans le privé, ils doivent maintenant cotiser 42 ans. Et, il faut le savoir, un agent RATP sur dix est déjà au régime général et ne bénéficie pas d'un statut particulier. La question ensuite est de savoir si le salarié RATP touche une retraite de 3.700 euros par mois. En réalité, pas vraiment. 

Disons que ça existe si on accumule toutes les surcotes possibles, mais c'est de plus en plus rare car (encore une fois) il faut cotiser 42 annuités. Les surcotes, c'est pour ceux qui vont au-delà de l'âge de départ légal. Les salaires à la RATP sont aussi un peu plus élevés en moyenne qu'à la SNCF. La moyenne des retraites à la Régie est plutôt autour de 2.400 euros brut donc 2.100 euros net.
 
On dit que les agents RATP gagnent une année de cotisation tous les 5 ans, c'est vrai ? C'était vrai. C'est terminé depuis 2009. C'est aussi pour ça que certains estiment qu'on pourrait faire démarrer le nouveau régime par points à la RATP à partir des embauches de 2009, c'est-à-dire une population encore jeune et qui a déjà accepté d'avoir moins d'avantages que ses aînés.

Les plus : énorme succès du Black Friday aux États-Unis

Sur la seule journée de Thanksgiving, les Américains ont dépensé 4 milliards de dollars en achat sur internet, selon SalesForce. C'est 17% de plus que l'an dernier. On aura sans doute les chiffres pour la France dans la journée de lundi 2 décembre. On prévoit près de 2 milliards pour le week-end, sachant qu'on est encore dans le "Cyber Monday" ce lundi.

La note : 10/20 à la filière automobile française

Juste la moyenne. Car on ne sait pas comment elle va évoluer dans les années qui viennent. Toute la filière (les constructeurs, les équipementiers et sous-traitants) se réunit ce lundi à Bercy, derrière le patron de la plateforme automobile Luc Chatel, pour demander à l'État d'envisager l'avenir du secteur avec une vraie politique industrielle.

On prévoit 15 à 18.000 suppressions de postes dans les années qui viennent entre la fin du diesel et la montée très lente de l'électrique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Retraites Réforme des retraites RATP
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants