2 min de lecture Environnement

Réchauffement climatique : la COP25 vole au secours des océans

La COP25 se tient à Madrid jusqu'au 13 décembre. La défense des océans est au cœur de ce sommet international sur le climat, où toutes les solutions -même les plus folles- sont étudiées.

C'est notre plane`te - C'est notre Planète Virginie Garin iTunes RSS
>
Réchauffement climatique : la COP25 vole au secours des océans Crédit Image : Richelle Harrison-Plesse, Grégory Plesse | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Virgine Garin
Virginie Garin édité par Maeliss Innocenti

Et si on transformait les nuages en miroir ou que l'on recouvrait les océans de mousse pour les protéger des rayons du soleil ? Cette année la COP25 est surnommée la COP "bleue" car pour la première fois la question des océans et ce type de réflexions sont discutées dans les négociations. Toute une série de techniques sont envisagées. Et certaines sont assez surprenantes.

Pour qu’ils ne chauffent pas trop, des chercheurs proposent de recouvrir les océans par endroit de mousse chimique… des microbulles qui permettraient de renvoyer la chaleur du soleil.  Autre idée : pulvériser de la vapeur d’eau au niveau des nuages cette fois pour qu’il y ait un effet de réverbération.

Le génie humain est sans limite. Certains voudraient aussi fertiliser les océans. Ça permettrait d'absorber encore plus de gaz à effet de serre. Vous ajoutez du fer soluble à la surface, ça nourrit le plancton, qui lui-même va capturer du CO2.

Cap sur la protection de la végétation côtière

Toutes ces solutions font partie de documents de travail ici à la COP25 de Madrid. Elles ont été testées mais font franchement peur. Quels impacts à grande échelle auraient-elles sur les animaux, les poissons, les plantes ? Il y a d’autres solutions plus raisonnables.

À lire aussi
Une rue près de la tour Eiffel à Paris, au douzième jour de confinement visant à freiner la propagation du Covid-19 en France. environnement
Coronavirus et confinement : "Une trêve passagère pour le climat," dit un médecin

Une solution fait consensus. Il s’agit de protéger la végétation côtière : les herbiers et les mangroves qui absorbent d’énormes quantités de carbone, puis en même temps qui protègent des inondations et font un barrage à la montée de l'eau. On a souvent parlé dans ces COP de la protection des forêts, de l’Amazonie… on avait un peu oublié ce type de végétation marine. Mais des études ont montré peu à peu leur rôle.

Les herbiers, par exemple, sont des plantes sous-marines à fleur. On sait aujourd’hui que 1km2 d’herbier capte trois fois plus de carbone qu’1km2 de forêt… C’est aussi l’un des écosystèmes les plus en danger. Un tiers a déjà été détruit. L'idée dans cette COP25 est d'encourager les pays qui ont des côtes à protéger ce type de végétation. Ça fait partie des solutions pour lutter contre le dérèglement du climat. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Changement climatique Océans
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants