1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Présidentielle : Emmanuel Macron enfreint-il les règles du CSA ?
2 min de lecture

Présidentielle : Emmanuel Macron enfreint-il les règles du CSA ?

Le Président sortant fera le bilan de son quinquennat ce mercredi 15 décembre à 21h sur TF1. Les candidats de l'opposition ont saisi le CSA pour dénoncer cette prise de parole. Éclairage sur les règles de ce conseil.

Emmanuel Macron le 9 décembre 2021
Emmanuel Macron le 9 décembre 2021
Crédit : LUDOVIC MARIN / POOL / AFP
Présidentielle : Emmanuel Macron enfreint-il les règles du CSA ?
00:05:00
Marie-Bénédicte Allaire - édité par Lison Bourgeois

Il ne reste plus que quelques heures avant la prise de parole d'Emmanuel Macron sur TF1Valérie Pécresse, Yannick Jadot ou encore Jean-Luc Mélenchon ont saisi le CSA sur cette intervention du chef de l'État, et dénoncent la frontière floue entre le président de la République et le candidat probable mais toujours pas déclaré à la présidentielle. Alors quelles sont les règles ? 

Jusqu'au 31 décembre, les médias audiovisuels doivent respecter un principe de pluralisme. Les règles sont les suivantes : l'exécutif, y compris le président, a le droit à un tiers du temps de parole. Les acteurs du débat politique, y compris la majorité, se répartissent le reste, proportionnellement à leur poids politique.

À partir du 1er janvier et jusqu'au 8 mars, on passe à un principe d'équité. Il doit y avoir un équilibre strict du temps de parole entre tous les candidats, qu'ils soient déjà déclarés ou présumés. Le président sera alors soumis à la même règle que les autres Enfin, après le 8 mars, date à laquelle les candidatures seront publiées, le principe d'équité est encore renforcé. Les conditions de diffusion doivent être comparables.

Une nouvelle règlementation depuis 5 ans

Le conseil supérieur de l'audiovisuel a affiné et précisé les règles il y a 5 ans. Jusqu'au 31 décembre, le temps de parole du président est décompté, uniquement s'il entre dans le débat de politique nationale. Par exemple, s'il répond à un candidat. C'est peut-être pour ça que jusqu'ici, Emmanuel Macron ne s'y risque que de manière extrêmement allusive. En revanche quand il parle d'Europe, situation internationale, situation sanitaire ou Covid, ses propos ne sont pas décomptés.

À écouter aussi

Cette situation rappelle aussi la longue interview de Nicolas Sarkozy le 29 janvier 2012. Il n'était alors pas officiellement candidat à sa réélection puisqu'il ne s'est déclaré que 15 jours plus tard. Le CSA avait répondu qu'il ferait le tri dans ses propos entre ce qui relevait de la politique nationale, donc du débat présentiel, et du reste.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/