1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Les infos de 8h - Police : pourquoi Macron veut-il créer des postes de "greffiers" ?
2 min de lecture

Les infos de 8h - Police : pourquoi Macron veut-il créer des postes de "greffiers" ?

ÉCLAIRAGE - Horaires à rallonges, manque d'encadrement et de formation : le métier d'enquêteur attire de moins en moins. Pour réguler le nombre de dossiers en attente, Emmanuel Macron promet la création de postes de greffiers.

Emmanuel Macron a annoncé de nouvelle mesures pour les forces de l'ordre mardi 14 septembre à Roubaix.
Emmanuel Macron a annoncé de nouvelle mesures pour les forces de l'ordre mardi 14 septembre à Roubaix.
Crédit : Ludovic MARIN / AFP / POOL
Les infos de 8h - Police : pourquoi Emmanuel Macron veut créer des postes de "greffiers" ?
13:27
Le journal RTL de 8h du 15 septembre 2021
13:27
Guillaume Chieze - édité par Marie Gingault

Plus de terrain et moins de paperasse : voilà comment nous pourrions résumer la promesse faite par Emmanuel Macron aux policiers, mardi. Le chef de l'État veut voir davantage de "bleu" sur le terrain, c'est leur mission première, et moins dans les bureaux à perdre leur temps dans des tâches administratives.

Le Président promet par ailleurs de créer des postes de greffiers pour tenter, justement, de résorber le stock de dossiers en attente, car c'est un fait : tous les commissariats sont concernés. Il y a de moins en moins d'attrait pour la partie judiciaire, la partie enquête. En effet, beaucoup d'enquêteurs sont découragés par le retard abyssal que peuvent prendre certains dossiers.

Dans un service pour mineurs d'une grande ville de France par exemple, ce ne sont pas moins de 500 dossiers qui sont en attentedont plus de 150 pour viols. Dans un autre commissariat, où huit enquêteurs géraient 400 dossiers par an, ils ne sont plus que cinq aujourd'hui pour le double de cas. Néanmoins, les grands patrons de police que nous avons contactés nous confirment que les causes de cette désaffection pour le métier d'enquêteur sont plus profondes. Parmi les principales raisons : les horaires à rallonges, le manque d'encadrement ou encore de formation. 

Les plus touchés sont les commissariats qui traitent les affaires courantes, notamment en région parisienne. Les services prestigieux de la Police Judiciaire (PJ), qui luttent contre le grand banditisme ou le trafic de stupéfiants, sont quant à eux encore épargnés par ce phénomène.

À écouter également dans ce journal :

À lire aussi

Intempéries dans le Gard - Une personne est toujours portée disparue ce mercredi dans le Gard, après le déluge qui s'est abattu sur le département. Il est tombé par certains endroits l'équivalent de plus de 2 mois et demi de pluie en l'espace de 3 heures.

Coronavirus - Vaccinés ou renvoyés : les professionnels de santé n'ont désormais plus choix. L'obligation vaccinale entre en vigueur aujourd'hui. On estime à 300.000 le nombre de soignants n'ayant reçu aucune injection.

Santé - La France est numéro 1 mondial de la prothèse auditive. Notre pays sera, d'ici la fin de l'année 2021, le mieux équipé au monde, notamment grâce au "reste à charge zéro", en vigueur depuis le 1er janvier 2020.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/