3 min de lecture Var

Les infos de 18h - Var : des viticulteurs perdent leur AOC, victimes de déchets polluants

REPORTAGE - Dans le Var, des entreprises ont enfoui leurs déchets polluants au niveau des vignes, au point que certains viticulteurs ont perdu leur AOC.

journal switch Le journal RTL La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Les infos de 18h - Var : des viticulteurs perdent leur AOC, victimes de déchets polluants Crédit Image : PHILIPPE DESMAZES / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Générique 1
Hugo Amelin édité par Chloé Richard-Le Bris

Dans le Var, des vignerons sont en train de vivre un véritable drame, victimes de voyous de l'écologie. Depuis des années dans ce département, des entreprises malhonnêtes trafiquent les déchets et les enterrent parfois n'importe comment. Il y a eu un grand coup de filet, il y a quelques semaines, avec à la clé plusieurs suspects interpellés. 

Mais le mal est fait, des vignes entières se retrouvent polluées. Conséquence : certains producteurs de rosé ont perdu leur A.O.C., qui est un Graal car c'est un label de qualité. Mais les vignerons sont décidés à ne plus se laisser faire.

Les vignes de Bandol, c'est le patrimoine local, mais c'est aussi une cible pour des entrepreneurs qui cherchent à enfouir leurs déchets contre quelques billets. Certains vignerons cèdent à la pression, comme l'explique ce producteur indépendant : "Les vignerons sont dépositaires de surfaces et donc, forcément, ils sont toujours sollicités par les entrepreneurs pour répandre leurs trucs. Il y a eu des erreurs, il y a eu des scandales. Je crois qu'il y a une prise de conscience globale des différents acteurs de la région. Il ne faut pas les renouveler."

Des viticulteurs parfois complices

Cette pollution a donc entraîné le déclassement de plusieurs hectares à Bandol. Si certains vignerons sont victimes de dépôts sauvages sur leurs terrains, d'autres sont carrément complices des pollueurs. C'est ce qui est arrivé ici avec un agriculteur qui a accepté de la terre exogène venue d'un autre territoire sur son terrain. 

À lire aussi
Un homme tentant d'évacuer l'eau et la boue qui se sont infiltrées dans les habitations et les commerces dans le Gard après les violentes intempéries samedi 19 septembre intempéries
DIAPORAMA - Météo : les impressionnantes images des intempéries dans le Gard

Impossible alors de produire un AOC de Bandol, selon Laurent Binon, le président des Vignerons indépendants de la région PACA : "On est arrivé à déclasser les terrains. La terre vient de la région, mais elle ne vient pas du terroir de Bandol. C'est sûrement une question d'argent. (...) Ça ne fait pas plaisir parce que nos vignes sont nos jardins."

"Ça a fait mal au cœur"

Alors, en un an, est-ce que les choses ont changé ? "Sincèrement, pas vraiment. Ça n'a pas vraiment évolué parce que je me rends compte que quand une décharge ferme, il y en a une qui ouvre", selon Valérie Gaumaises Bassac, députée du secteur. Elle rajoute : "Vous ne remettrez jamais en l'état (...). Quand vous voyez que c'est au milieu des vignobles bordelais, ça fait mal au cœur."

Quelques victoires sont cependant à mettre à son actif et à celui des militants engagés contre ces pollueurs depuis des années. Avec la fermeture de la gigantesque décharge du Castellet, plusieurs centaines de camions par jour et la loi anti-gaspillage qui prévoit de créer de nouvelles déchèteries spécialisées dans le BTP et des sanctions plus fortes contre ces pollueurs. Des mesures qui entreront en vigueur seulement au 1er janvier 2022.

À écouter également dans ce journal

Coronavirus en France - Le gouvernement demande de nouveaux efforts face à la reprise de l'épidémie de coronavirus. Le nombre de cas positifs, le nombre d'appels aux urgences, le nombre d'hospitalisations... Tous les indicateurs virent légèrement au rouge.

Vacances en Espagne - Rendez-vous à la frontière espagnole, où des touristes ont tout de même décidé de passer leurs vacances en Catalogne alors que le coronavirus repart également de plus belle de l'autre côté de la frontière et que le gouvernement recommande de ne pas y aller.

Cathédrale de Nantes - Le suspect, qui a été replacé en garde à vue samedi 25 juillet après avoir été remis en liberté, a avoué être l'auteur de l'incendie de la cathédrale de Nantes.
Son avocat le dit soulagé mais complètement dépassé par l'ampleur de son acte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Var Le journal Vin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants