2 min de lecture Travail

Coronavirus : télétravail, chômage partiel... Ce qui est prévu pour les salariés

ÉCLAIRAGE - Certains travailleurs sont obligés d'aller travailler au contact du public car leur activité est indispensable. Les autres sont astreints au télétravail. Pour tous, c'est l'inquiétude.

Une caissière (illustration)
Une caissière (illustration) Crédit : PETRAS MALUKAS / AFP
signature paul turban
Paul Turban et AFP

Pour la majeure partie des salariés, l'heure est au confinement. Selon les activités, les entreprises ont opté pour le télétravail ou le chômage partiel. Peu sont ce lundi 16 mars les salariés qui prendront le chemin du bureau, mais certains se préparent au contact du public, notamment dans les secteurs "indispensables" à la vie de la Nation. 

Pour les salariés pour qui le travail cesse en raison du chômage partiel, "l’État prendra en charge l’indemnisation des salariés contraints à rester chez eux", a affirmé Emmanuel Macron. Cela veut dire que les salariés touchent au mieux 84% de leur salaire net. Il y a une exception pour les employés au SMIC qui touchent 100%. On comprend dans le discours d'Emmanuel Macron que l'idée est d'élargir ce dispositif qui coûte environ 3.000 euros par salarié. Par ailleurs, Muriel Pénicaud a annoncé que les assistantes maternelles pourront bénéficier d'un équivalent du chômage partiel avec 80% de leur salaire qui leur sera versé.

Pour les salariés en télétravail, les activités continueront plus ou moins "normalement", à la nuance près que cela se fera de la maison du salarié. De nombreux sites et applications permettent aujourd'hui de se connecter et de travailler en équipe à distance. 

Les secteurs "indispensables" contraints de travailler

Transporteurs routiers, caissiers des supermarchés, pharmaciens employés de banque, personnels hospitaliers... De nombreuses activités vont se poursuivre car elles sont essentielles à la vie des Français. Là, il y a des grandes inquiétudes. 

À lire aussi
La ministre du Travail Muriel Pénicaud, à l'Assemblée nationale, le 24 mars 2020 coronavirus
Coronavirus : tout comprendre sur le chômage partiel de longue durée

Ce dimanche 15 mars, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a promis "un guide de bonnes pratiques" pour certains secteurs et a déjà évoqué l'installation "de vitres en plexi", la mise à disposition de "gel hydroalcoolique", voire le recrutement de "vigiles" à l'entrée des magasins. 

Dans les transports, la direction de la SNCF et les syndicats passent en revue tous les métiers pour affiner les mesures à prendre : espace dans les guichets, suppression des "accueils embarquement" pour fluidifier la circulation sur les quais, par exemple.  

Alors que les services de livraison de repas à domicile se poursuivent, Deliveroo a annoncé qu'il mettait en place "une nouvelle fonctionnalité permettant aux clients et aux livreurs de choisir la livraison sans contact", en posant notamment le sac devant la porte d'entrée du client et "en reculant d'un mètre".  Dans le même temps, l'entreprise a annoncé "un fonds exceptionnel pour les livreurs" atteints par le coronavirus ou "mis en isolement par une autorité médicale".    

Ils reste de nombreuses interrogations pour ces personnels. Ils demandent pour certains la mise à disposition de masques de protection, mais ceux-ci sont réquisitionnés pour les personnels soignants. De même, le gel hydroalcoolique est parfois difficile à trouver, ce qui inquiète. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Travail Coronavirus Emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants