3 min de lecture Virus

Confinement : un "sentiment de retour vers le passé" pour Valérie Trierweiler

BILLET - "Nous avons en nous le sentiment d’avoir fait tant d’efforts pour rien", déplore Valérie Trierweiler qui compare le confinement actuel à celui de mars.

micro generique L'oeil de... Natacha Polony & Valérie Trierweiler & Philippe Caverivière iTunes RSS
>
Confinement : un "sentiment de retour vers le passé" pour Valérie Trierweiler Crédit Image : Alain JOCARD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
Valérie Trierweiler édité par Marie Gingault

Tandis que la France entre dans son sixième jour de confinement, on ne peut pas négliger les différences avec celui de mars. En effet, ce reconfinement ne se fait pas du tout dans la même atmosphère que le premier.


Même si les choses étaient difficiles en mars, il y avait quelque chose d’excitant dans le premier confinement, une sorte de suspense, d’inconnu. D’abord, c’était nouveau, nous n’avions jamais rien vu ni vécu de tel. Les anciens avaient connu la guerre, nous nous aurions la lutte contre la Covid-19

Un sentiment que nous allions tous sortir plus forts de cette épreuve et vainqueurs du virus. Nous étions nous aussi des sortes de héros. Il y avait une sorte d’union sacrée, de solidarité entre les uns et les autres. Et surtout un soutien sans faille de la population envers les soignants, que nous applaudissions tous les soirs à notre fenêtre. On en profitait pour saluer les voisins qu’on ne connaissait pas. On retenait son souffle en entendant le nombre d’hospitalisations et de morts. 

Nous avons en nous le sentiment d’avoir fait tant d’efforts pour rien

Valérie Trierweiler
Partager la citation

Puisque l’on parle de saison 1 et de saison 2 pour le confinement, il y a d’abord justement la différence de... saison. Et cela a joué. Il faut savoir que 7 Français sur 10 vivent dans une maison, (sans compter ceux qui avaient rejoint leur résidence secondaire), ainsi le jardin et les barbecues ont aidé à garder le moral.

À lire aussi
Olivier Véran
Le vaccin AstraZeneca pourra être administré aux 65-75 ans "avec comorbidités", annonce Véran

Mais ce n’est évidemment pas seulement une question d’éphéméride. Entre temps, nous avons cru être débarrassés de ce maudit virus. Nous avons cru les médecins qui nous disaient qu’il n’y aurait pas de deuxième vague et nous avons cru que la vie normale allait reprendre, la preuve, elle a repris l'été dernier. 

Nous avons en nous le sentiment d’avoir fait tant d’efforts pour rien. Le sentiment de déjà-vu, de retour vers le passé, nous n’avons plus ce petit goût de la nouveauté. Pire, beaucoup de Français refusent le télétravail. Il y a comme un vent de fronde. Il faut dire qu’avec le chômage qui explose, nombreux sont ceux qui ont peur de perdre leur emploi.

Des "cafouillages à la tête de l'État"

Puis il y a ce vent de rébellion des commerçants, souvent soutenus par les maires, qui se sont fendus d’un communiqué réclamant la réouverture des boutiques dès le 13 novembre.
Au motif que là encore, 1,2 millions d’emplois sont menacés. Les Français n’ont pas supporté non plus qu’on décide à leur place de ce qui est essentiel pour eux ou non.

Même l’église conteste ! Elle a saisi la justice pour que soient rétablies les messes. Les députés aussi : ils ont refusé cette nuit de voter le prolongement de l’état d’urgence sanitaire au-delà du 14 décembre. Et tout ça, c'est vraiment nouveau.

Cette fronde, malgré les chiffres alarmants de malades, vient de la dévalorisation de la parole publique. Peut-être aussi du changement de casting de l’acteur principal : Jean Castex. On ne va pas rappeler ici toutes les règles à géométrie variable, tous les ordres et contre-ordres, tous les cafouillages à la tête de l’État, mais tous ces éléments ont provoqué une réelle défiance. Peut-être a-t-il manqué l’idée d’un pacte.

Et à 20 mois de l’élection présidentielle, cela risque de faire beaucoup de dégâts. En tout cas, c’est la première fois qu’on espère qu’il n’y aura pas de saison 3.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Virus Valérie Trierweiler Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants