2 min de lecture Féminisme

Après #MeToo, pourquoi le combat féministe est loin d'être terminé

3/3 - Pendant la décennie 2010, la parole des femmes s'est libérée dans un élan féministe cristallisé par le mouvement #MeToo. Dernière partie du récit de dix années de lutte pour l'égalité.

Une pancarte "non c'est non" à la marche contre les violences faites aux femmes samedi 23 novembre.
Une pancarte "non c'est non" à la marche contre les violences faites aux femmes samedi 23 novembre. Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

#YesAllWomen, #NiUnaMenos, #BalanceTonPorc : la décennie 2010 a vu fleurir des centaines de hashtags encourageant les femmes à prendre la parole sur les injustices et violences qu'elles subissent. Partout dans le monde, elles se sont saisies des réseaux sociaux et rassemblées IRL (In real life, NDLR) pour protester contre les inégalités. Après #MeToo, la Marche des femmes ou la lutte contre les féminicides, quel avenir pour les droits des femmes dans la prochaine décennie ?

Dans beaucoup de pays, la mobilisation féministe de ces dernières années a permis des avancées massives : en Irlande, l'avortement a été dépénalisé et en France la PMA ouverte à toutes les femmes. À l'international, qu'ils s'agissent de chanteuses, de sportives ou encore de lauréates de concours de beauté : un large nombre de célébrités revendiquent aujourd'hui leur engagement pour l'égalité en prônant l'empowerment et l'indépendance des femmes. 

En parallèle, #MeToo poursuit son chemin dans le milieu où il est né, celui du cinéma. Début décembre, la Française Adèle Haenel a brisé son silence en accusant Christophe Ruggia d'attouchements sexuels. Quelques jours après, la photographe Valentine Monnier a ajouté son nom à la liste d'une dizaine de femmes accusant Roman Polanski de viols. Le réalisateur polonais est aujourd'hui en lice dans cinq catégories pour les César 2020 et une pétition appelle à ce qu'il soit disqualifié.

Elles réclament la légalisation de l'avortement en Argentine
Elles réclament la légalisation de l'avortement en Argentine Crédit : Juan MABROMATA / AFP

Partout dans le monde, le combat des femmes pour leurs droits est loin d'être terminé. En Iran, la protestation contre le port du voile obligatoire se poursuit. En Arabie Saoudite, la libéralisation du pays a conduit à quelques avancées, mais les droits des femmes restent largement limités. Malgré leur mobilisation sans précédent en Argentine, les femmes n'ont toujours pas le droit à l'avortement, quand aux États-Unis ou en Pologne, elles sont obligées de se battre pour le faire respecter. 

À lire aussi
Deux femmes traversant la Place rouge à Moscou, le 13 avril 2020 Russie
VIDÉO - "Sexe et Amour" : "Enquête exclusive" en Russie dimanche 22 novembre

Sans compter les inégalités salariales : dans l'Hexagone, les Françaises travaillent gratuitement depuis le 5 novembre dernier. À ce rythme, selon le Forum économique mondial, il faudra attendre encore 100 ans pour atteindre la parité.

Alors pour poursuivre le mouvement en 2020, premier rendez-vous le 8 mars prochain. Le jour de la journée internationale des droits des femmes, aura lieu une "grève internationale" : comme tous les ans, les femmes sont appelées à cesser le travail. Et en France, la mobilisation a déjà son hashtag : #OnArrêteToutes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Féminisme International Politique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants