1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Agriculture : que sont les "méga-bassines", nouvelle cible des militants écologistes
3 min de lecture

Agriculture : que sont les "méga-bassines", nouvelle cible des militants écologistes

Les "méga-bassines" créées pour aider les agriculteurs sont contestées par des militants écologistes pour qui ces réserves pillent les nappes phréatiques "au profit de l'industrie."

Des militants manifestent contre de méga-bassines à Mauze-sur-le-Mignon, le novembre 2021
Des militants manifestent contre de méga-bassines à Mauze-sur-le-Mignon, le novembre 2021
Crédit : XAVIER LEOTY / AFP
Guillaume Dosda

Depuis plusieurs années, des coopératives agricoles ont créé et continuent de faire construire des "méga-bassines". Ces bassins de rétention géants doivent permettre de bénéficier d'eau l'été, même en cas de sécheresse. D'une surface de l'équivalent de sept à dix terrains de football et d'une profondeur de 15 mètres, certains peuvent accueillir jusqu'à 240.000 m³ d'eau.

Une bâche en plastique noir est installée au fond de ces étangs artificiels, pour empêcher l'eau de s'échapper. "Il s’agit d’immenses bassins privés creusés dans la terre et alimentés par des pompages dans les nappes phréatiques et les cours d’eau alentour", précise Gilles Luneau, spécialiste du monde agricole.

Mais ces "méga-bassines" ne font pas l'unanimité, et des militants écologistes manifestent contre "l'accaparement de l'eau, le pillage des nappes phréatiques au profit de l'agro-industrie", indique Julien Le Guet, porte-parole du collectif Bassines non merci à Reporterre.

De l'eau potable utilisée

En effet, pour remplir ces "méga-bassines", l'eau est directement pompée dans les nappes phréatiques. Pour Julien Le Guet, cette eau potable "est moins polluée que l’eau des rivières qui subit de plein fouet les nitrates, les pesticides" et pourrait être utilisé pour approvisionner les communes qui font face à un manque d'eau. Et de poursuivre : "Elle est captée, privatisée et accaparée au profit de quelques grosses fermes ayant recours à l’irrigation massive."

À lire aussi

Alors que les arrêtés de restriction d’eau se sont multipliés ces derniers mois, les gérants des bassines ont pu continuer à les remplir en pompant dans les nappes. Actuellement en France, plus de 70 départements font face à ces restrictions d'eau. 

Un autre phénomène, le déficit pluviométrique, empêche les nappes de se remplir. Sur le territoire métropolitain, ce déficit est de plus de 35 % en 2022, avec 55,1 % de déficit pluviométrique à Marseille, 49,3 % à Nice ou encore 41,6 % à Toulouse.

De fait, par le manque d'eau dans les nappes, les agriculteurs ont besoin de pomper sur des périodes de plus en plus longues pour remplir les bassines, et potentiellement, ne pourront plus le faire entièrement dans quelque temps.

Les manifestations anti "méga-bassines"

Pour les associations qui militent contre la création de "méga-bassines", l'idée est claire. Ces réserves n'engagent pas à un changement du modèle agricole actuel, très gourmand en eau. De même, les militants indiquent que des dégâts sont constatés sur les terres lors des travaux. 

Aussi, l'argument de l'impact sur la biodiversité entre aussi en compte. En effet, cette eau retenue dans les méga-bassines ne va pas ruisseler dans les cours d'eau aux alentours, provoquant un assèchement de ces points d'eau.

Ainsi, en plus des manifestations, certains militants vont jusqu'à "désarmer" certaines réserves. Par exemple, lors d’une manifestation de plus de 3.000 personnes, à Cramchaban (Charente-Maritime), la pompe de cette bassine a été démontée.

Le sujet des méga-bassines est allé jusqu'en Commission européenne, puisque le 23 mars 2022, l’ensemble des requêtes déposées par le collectif Bassines non merci a été validée par la commission des pétitions du Parlement Européen. Le collectif affirme que ces projets de retenues d’eau enfreignent au moins neuf directives européennes.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.