4 min de lecture Journée des droits des femmes

8 mars : qui était Clara Zetkin, à l'origine de la journée internationale des droits des femmes ?

PORTRAIT - Militante féministe, Clara Zetkin est la première à avoir lancé l'idée d'une journée internationale des droits des femmes en 1910.

Clara Zetkin à Zurich en 1897.
Clara Zetkin à Zurich en 1897. Crédit : Wikicommons
Marie Zafimehy
Journaliste

Le nom de Clara Zetkin ne vous dit peut-être rien. Pourtant, cette militante féministe allemande, ayant vécu en France, a marqué l'Histoire. C'est à elle que l'on doit l'idée de la Journée internationale des Droits des Femmes, célébrée ce lundi 8 mars. 

Née en Allemagne en 1857, Clara Zetkin "était la grande figure du féminisme international dans les années 20", raconte Florence Hervé, qui a dirigé l'ouvrage Je Veux me battre partout où il y a de la vie (Hors d'Atteinte, 2021), regroupant des textes écrits par et célébrant la militante féministe. 

Pourtant, l'Histoire l'a peu à peu effacée, surtout Outre-Rhin, où son passé communiste lui a valu d'être "passée aux oubliettes" après la réunification des deux Allemagne. En France, son destin est brièvement évoquée dans Le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, mais son nom n'apparaît pas dans les livres d'histoire. Alors, qui était Clara Zetkin ?

Pionnière à l'origine du 8 mars

Lutte pour le droit de vote, le droit au travail, le droit à l'avortement... "Elle est une pionnière" des combats féministes, insiste Florence Hervé. Pour les mener, elle utilise d'abord le biais des médias : en 1889, après avoir été journaliste en exil en France quelques années, Clara Zetkin, alors veuve du militant Ossip Zetkin, rentre en Allemagne et fonde le journal Die Gleichheit (L’égalité). Elle renouvelle aussi son engagement aux côtés des socialistes du SPD.

À lire aussi
société
8 mars : "J'ai dû me battre pour arriver là où je suis", témoigne Marlène Schiappa

En 1907, elle est élue présidente de la Première conférence internationale des femmes qui se tient à Stuttgart. Trois ans plus tard, à Copenhague, elle est reconduite à sa tête. C'est là qu'elle lance l'idée d'organiser une journée internationale des droits des femmes, pour notamment réclamer le droit de vote pour toutes. Son idée puise son inspiration dans les grandes manifestations féministes organisées en 1908 et 1909 aux États-Unis.

La proposition de Clara Zetkin est acceptée par les représentantes des 17 pays présentes lors de la conférence. C'est ainsi que le 19 mars 1911, il y a tout juste 110 ans, est célébrée la première journée internationale des droits des femmes. Une initiative qui sera ensuite reprise par plusieurs mouvements féministes tout le long du XXème siècle, puis pérennisée par l'ONU en 1977.

Quel héritage nous laisse-t-elle ?

Aujourd'hui, le nom de Clara Zetkin est bien moins connu que celui de la Française Louise Michel ou de l'Allemande Rosa Luxembourg, deux militantes féministes qui furent ses contemporaines, et aussi ses proches amies. "Quand on découvre les lettres de Rosa Luxembourg et son amitié avec Clara Zetkin, on voit cette interconnexion entre le personnel et le politique", analyse Florence Hervé. Une donnée importante dans le mouvement féministe qui a fait de "l'intime est politique" son credo.

Plus encore, estime l'auteure, Clara Zetkin nous rappelle à quel point les femmes ont besoin de sororité et de s'organiser pour atteindre l'égalité des droits. "On ne peut arriver à quelque chose que dans le collectif, avec la solidarité dans les nations et la solidarité internationale", explique-t-elle.

Les acquis qu’on a ne sont pas toujours acquis pour toute la vie

Florence Hervé
Partager la citation

Une nécessité lorsqu'on assiste au recul de certains droits comme celui à l'avortement, en Pologne ou aux États-Unis par exemple. "Les acquis qu’on a ne sont pas toujours acquis pour toute la vie, ils sont toujours remis en question", insiste Florence Hervé qui cite la montée de l'extrême-droite et ses discours anti-féministes en Allemagne, où elle vit depuis plusieurs dizaines d'années.

Des combats actuels

Les combats de Clara Zetkin apparaisse encore très actuels. Très tôt elle parle de double-journée des femmes, un concept qui résonne en période de pandémie où le télétravail a mis en lumière la charge des tâches domestiques qui pèse sur les femmes. Lorsqu'elle a découvert Clara Zetkin, Florence Hervé a ainsi eu une révélation. "Je me suis dit que mon destin n’était pas du tout ma faute, c’est le destin des femmes aujourd’hui et les raisons et les explications sont à rechercher dans le système capitalisme et le patriarcat", explique-t-elle.

Ses convictions, Clara Zetkin les porte jusque dans les plus hautes sphères politiques sans les sacrifier. Emprisonnée en 1915 pour son engagement pacifiste en pleine Première guerre mondiale, elle devient députée cinq ans plus tard sous l'étiquette communiste. Elle alerte très tôt contre le fascisme italien et la montée du nazisme. Lorsque le parti communiste est interdit à l'arrivée d'Hitler au pouvoir, elle s'exile en Union soviétique. Elle y meurt en 1933.

Ses combats qui allient lutte pour le socialisme et lutte pour l'émancipation des femmes sont aujourd'hui saluées par de grandes militantes féministes, comme la militante noire américaine Angela Davis. Dans un texte publié dans l'ouvrage dirigé par Florence Hervé, celle-ci explique comment Clara Zetkin aide à comprendre "les liens qu'entretiennent la lutte pour le socialisme et les combats contre le racisme, pour l'égalité des femmes et pour la paix..." Une observation qui pose les bases d'une réflexion sur l'intersectionnalité, théorie universitaire qui vise à étudier les inégalités sous toutes leurs facettes et comment celles-ci sont imbriquées.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Journée des droits des femmes Droits des femmes Histoire
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants