1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. 8 mars : comment se mobiliser pour la journée internationale des droits des femmes ?
3 min de lecture

8 mars : comment se mobiliser pour la journée internationale des droits des femmes ?

Le 8 mars marque la Journée internationale des droits des femmes. Cette année, plusieurs syndicats et associations appellent à faire la grève féministe.

Une pancarte lors de la journée internationale du droit des femmes, samedi 8 mars 2020, à Paris
Une pancarte lors de la journée internationale du droit des femmes, samedi 8 mars 2020, à Paris
Crédit : Martin BUREAU / AFP
Marie Zafimehy
Journaliste

J-1 ! Comme chaque année, lundi 8 mars marque la journée internationale des droits des femmes. Après une marche #NousToutes à l'organisation bouleversée par la pandémie, plusieurs associations féministes appellent à se mobiliser.


En 2020, année marquée par la crise sanitaire, les femmes ont souvent été en première ligne. Aide-soignantes, caissières, infirmières, enseignantes... Les professions les plus féminisées ont dû poursuivre leur activité pour assurer la continuité de l'éducation nationale, des services hospitaliers ou encore des commerces de première nécessité. C'est en partie pour les soutenir que plusieurs syndicats appellent la grève féministe.

D'autres débats sont également (ré)apparus cette année, qu'il s'agisse de l'allongement du délai de recours à l'IVG, l'ouverture de la PMA à toutes les femmes qui n'a toujours pas été définitivement votée ou encore l'individualisation de l'allocation adulte handicapée qui permettrait aux femmes en situation de handicap de s'émanciper financièrement de leur partenaire. Autant de sujets qui méritent de se mobiliser. Comment ? RTL.fr vous donne quelques clés.

Faire la grève... féministe !

Lundi, 37 organisations dont les syndicats FSU, CGT et Solidaires ou encore les associations Effronté-e-s, Osez le féminisme ou le Planning Familial, appellent à la grève féministe, c'est-à-dire à cesser le travail professionnel et domestique pour protester contre les inégalités de genre. Leur revendication : "mettre fin aux discriminations et aux violences sexistes et sexuelles" subies par celles qu'elles ont rebaptisées les "premières de corvées". 

À lire aussi


"Le 8 mars, nous serons en grève avec les femmes du monde entier pour refuser toutes et tous ensemble de payer le prix de la crise avec notre travail, notre salaire, notre corps", préviennent les organisations. "L'épidémie a mis en lumière que les femmes étaient au front, en première ligne à travers différentes professions et aussi à la maison", a expliqué Mireille Stivala de la CGT Santé et action sociale lors d'une conférence de presse. 

Moment le plus important de la journée : 15h40. En prenant en compte les écarts salariaux qui persistent avec les hommes, c'est à cette heure-là que les femmes ne sont plus payées pour leur travail. Dans un rare communiqué commun, l'ensemble des grandes organisations syndicales, hormis la CFTC, ont d'ailleurs réclamé mercredi l'ouverture de négociations pour "revaloriser les salaires des métiers à prédominance féminine" et "corriger" l'index de l'égalité professionnelle pour "permettre de supprimer effectivement les écarts de rémunération".

Aller manifester

Un rassemblement parisien, "festif et féministe", est prévu dès ce dimanche place de la République à 13h. Un prélude à la mobilisation de lundi : des manifestations seront organisées un peu partout en France. Lille, Nantes, Montpellier... Le site Bastamag les a recensées sur une carte.

À Paris, le cortège ira de Port-Royal à la place de la République en passant par la Sorbonne pour "dénoncer la précarité étudiante", l'Ile de la Cité pour "interpeller la justice" ou la place du Châtelet pour sensibiliser au statut des intermittentes du spectacle, ont précisé les syndicats et associations organisatrices de la mobilisation.

Se mobiliser autrement

Si vous ne pouvez pas vous permettre de faire grève ou d'aller battre le pavé, pas de panique. Il y a plein d'autres manières de célébrer la sororité et de revendiquer ses droits. Comme le suggère le site internet 8mars.info, vous pouvez agir à votre niveau. Quelques pistes : ne pas financer de marques sexistes, reprendre les remarques misogynes de vos collègues ou proches ou encore organiser un repas entre femmes.

Et comme chaque année, des mobilisations auront lieu en ligne. Postez vos messages sur les réseaux sociaux, n'hésitez pas à faire entendre votre voix et à relayer celles qui vous parlent et vous inspirent !

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/