2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : les femmes victimes de "sur-stress" pendant le confinement, estime Mounier-Vehier

INVITÉE RTL - Claire Mounier-Vehier, cardiologue et chef de service de cardiologie au CHU de Lille, estime que "les femmes ont eu un sur-stress avec des conséquences cardiaques et des troubles du rythme" pendant la période de confinement.

Yves Calvi 3 Minutes pour Comprendre La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Coronavirus : les femmes victimes de "sur-stress" pendant le confinement, estime Mounier-Vehier Crédit Image : istock | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Quentin Marchal

Ce jeudi 28 mai marque la journée mondiale d'action pour la santé des femmes. En pleine crise sanitaire liée à l'épidémie de coronavirus, l'association "Agir pour le cœur des femmes" alerte sur ce qu'elle estime être une "bombe à retardement" : les Français ont mis leur santé entre parenthèses pendant le confinement.
 
Sa créatrice Claire Mounier-Vehier, cardiologue et chef de service de cardiologie au CHU de Lille, rappelle que "200 Françaises meurent chaque jour d'un problème cardiaque" à cause de "5 facteurs de risque majeur" que sont le stress, le tabac, la sédentarité, la précarité et la contraception estro-progestative. Selon elle, "le stress du déconfinement" avec "le télétravail à la maison et les enfants à gérer" est plus sensible chez les femmes car "nos artères coronaires sont très sensibles au stress et aux autres facteurs de risques".

Les symptômes de problème cardiaque sont "l’essoufflement à l'effort progressif, une douleur dans le creux du ventre et entre les épaules et une fatigabilité". Durant la période de confinement, Claire Mounier-Vehier estime que "les femmes ont eu un sur-stress avec des conséquences cardiaques et des troubles du rythme" mais que "dans 8 cas sur 10, on peut éviter cet accident en agissant sur le stress". 

"On va avoir une deuxième vague", qui ne concerne pas la Covid-19

La chef de service de cardiologie au CHU de Lille se montre inquiète du fait que les Français n'aient pas consulté leur médecin durant le confinement et des conséquences que cela pourrait avoir. "On va avoir une seconde vague, elle apparaît déjà, où les gens reviennent à l'hôpital en consultation mais dans des états catastrophiques", regrette Claire Mounier-Vehier.

Par ailleurs, de nombreuses femmes en insuffisance cardiaque ne souhaitent pas se rendre à l'hôpital depuis le début du confinement, "par peur d'attraper le virus". Elle appelle donc les Françaises à appeler le Samu, en cas "de symptômes nouveaux, brutaux, intenses qui durent" et leur médecin traitant "si on a mal à la tête le matin et qu'on fait de l'hypertension".

À lire aussi
Un médecin prend la température d'une femme à Bombay en Inde, le 24 juin 2020 Inde
Coronavirus : l'Inde devient le troisième pays le plus infecté dans le monde

Les problèmes cardiaques touchent toutes les femmes, à tous les âges, avec une hausse de 5% par an des hospitalisations pour infarctus chez les femmes de moins de 55 ans. L'association "Agir pour le cœur des femmes" vise à aider les femmes dans ce besoin avec sa règles des 3A : "Alerter, Anticiper, Agir".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Stress
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants