1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Ecriture inclusive: ce qui se joue à l'école
5 min de lecture

Ecriture inclusive: ce qui se joue à l'école

Le 28 janvier dernier, le député François Jolivet a demandé l’interdiction de l’enseignement de l’écriture inclusive dans les écoles.

L'écriture inclusive ne veut plus que le masculin l'emporte sur le féminin
L'écriture inclusive ne veut plus que le masculin l'emporte sur le féminin
Crédit : iStock / Getty Images Plus
Ecriture inclusive: ce qui se joue à l'école
03:51
Lisa Kamen

Il y a quelques jours, des étudiants de Sciences Po affirmaient que leur professeur de sociologie les avait menacés de les pénaliser s'ils n'utilisaient pas l'orthographe inclusive. Mais mercredi dernier, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a balayé d’une phrase une proposition de loi de la majorité visant à l’interdire dans les documents administratifs, arguant que ce débat n’était pas prioritaire. 

Il enflamme pourtant les réseaux sociaux et, du plus haut sommet de l’Etat jusqu’aux conversations entre amis, il est un sujet de dispute récurrent. La langue française est l’un des grands trésors nationaux. On n’y touche pas impunément. 

Une circulaire ministérielle du 21 novembre 2017 demandait expressément de ne pas faire usage de l’écriture inclusive, tout en valorisant la féminisation quand elle était justifiée. Cette demande est pourtant très régulièrement battue en brèche par les administrations elles-mêmes. Essayons d’y voir plus clair et de comprendre ce qui se joue là.

Ecriture inclusive : kezako ?

La maîtrise de la langue française suppose que l’on accorde correctement les adjectifs, les participes passés et que l’on choisisse également le bon genre et le bon nombre lorsqu’il s’agit de remplacer un nom par un pronom. La règle apprise à l’école est : "le masculin l’emporte sur le féminin". 

À lire aussi

Ceci implique que le féminin disparaisse lorsqu'il y a mélange de genres. On doit dire : les crapauds et les grenouilles sont verts. Ils coassent. Même s’il y a mille grenouilles et un crapaud. Certain(e)s ont vu là une discrimination liée à des siècles "d’oppression patriarcale". L’écriture inclusive est un ensemble de règles de grammaire et d’orthographe qui cherchent à éviter les "discriminations sexistes par les usages linguistiques". 

Remettre les femmes à l’honneur

Nous avions déjà pris l’habitude de féminiser les noms de métiers (auteure ou autrice), d’indiquer que l’on incluait les femmes par l’ajout d’un e entre parenthèses comme je l’ai fait malicieusement un peu plus haut.

Les tenants de l’orthographe inclusive souhaitent aujourd'hui aller plus loin en généralisant le point médian qui séparerait alors les terminaisons féminines et masculines. Ceci permettrait de ne plus "invisibiliser" les femmes par le langage. Si l’on reprend notre exemple, cela donnerait : les grenouilles et les crapauds sont vert.e.s. Ils.elles coassent.
 

L’état des lieux de l’écriture inclusive à l’école.

En 2017 est paru un premier manuel scolaire entièrement rédigé en écriture inclusive. Il était destiné aux classes de CE2, c'est à dire à des élèves de huit ans. En voici un court extrait : "grâce aux agriculteur.rice.s, aux artisan.e.s et aux commerçant.e.s, la Gaule était un pays riche." Selon ses défenseurs, cela éviterait donc de sous-entendre que seuls les hommes travaillaient. Mais il semble évident avec ce seul exemple que cela complique beaucoup la lecture, qu’elle soit silencieuse, c’est-à-dire axée sur la compréhension ou oralisée dans le but de partager un message.


Des enseignants d'écoles maternelles ou élémentaires se vantent sur les réseaux sociaux de pratiquer ou d’enseigner l’écriture inclusive. Le ton de ces publications est le plus souvent féministe. Il s’agit de "faire avancer les mentalités". Ces pratiques militantes ne sont pas très nombreuses mais suivies par un public large et prennent leur place petit à petit. Elles posent clairement la question de la liberté pédagogique quand elle est mise au service d’une idéologie. Arguer de la liberté pour en priver les élèves en leur inculquant non plus la langue mais un seul usage de celle-ci est éminemment critiquable.

L’écriture inclusive est une pratique idéologique.

Si le masculin l’emporte dans les accords, ce n’est évidemment pas la conséquence d’une domination des hommes sur les femmes – domination dont je ne nie pas qu’elle ait pu exister - mais celle de la disparition du genre neutre latin. En effet, les mots qui appartenaient à la déclinaison neutre en latin sont généralement devenus masculins en français, puisque notre langue, contrairement à d’autres comme le russe ou l’allemand, n’a plus que deux genres : le masculin et le féminin. 

Le mot templum que tous les latinistes connaissent bien puisqu’il sert de modèle à la déclinaison neutre est devenu le temple. Aller contre cette histoire est une volonté idéologique. C’est supposer une langue originelle "pure" que la gent masculine aurait sciemment pervertie pour en faire un instrument de pouvoir. Ou sous-entendre que la langue est le produit du travail des linguistes alors qu’elle est le produit de siècles d’histoire qu’il serait bien trop long de relater ici. 

Aucune langue n’est fondée sur une correspondance sexuelle stricte. Si le juge appelle un témoin à la barre, je ne sais pas encore s’il s’agira d’un homme ou d’une femme. Un tyran peut-être une brune ravissante. L’idéologie ne doit pas avoir sa place à l’école. Celle-ci a pour vocation de donner aux élèves toutes les connaissances et les outils nécessaires à l’exercice de leur liberté. Point.

L’orthographe inclusive exclut.

L’orthographe et la grammaire françaises sont réputées compliquées. La maîtrise de leurs arcanes demandent plusieurs années d’apprentissage et une attention permanente à des millions d’élèves et à leurs professeurs. Il suffit de lire quelques phrases en écriture inclusive pour apprécier leur illisibilité. Même de bons lecteurs se trouvent en difficulté devant tant de signes diacritiques, tant de "possibilités grammaticales". Et puis… comment prononcer ces phrases ? Doit-on dire "agriculteur-trice français-çaise"  ou "agriculteur-agricultrice français-française"?


Bien que favorables à la féminisation de la langue, trente-deux linguistes ont publié une tribune collective en septembre 2020, estimant l'écriture inclusive profondément problématique: "outre ses défauts fonctionnels, l’écriture inclusive pose des problèmes à ceux qui ont des difficultés d’apprentissage et, en réalité, à tous les francophones soudain privés de règles et livrés à un arbitraire moral." En effet, ces formes artificielles posent de considérables problèmes de découpages et d’accords en ne tenant pas compte des racines des mots. 

Quid des élèves en difficulté ?

En écrivant chanteu.r.se.s je crée une racine chanteu qui n’a jamais existé et n’a aucun sens. Toutes les réformes orthographiques précédentes ont eu pour objectif la simplification de la langue. C'est précisément l'inverse qui se produirait si l’on adoptait l’écriture inclusive : elle aurait pour résultat d’exclure d’office les élèves en difficulté – je pense aux dyslexiques en particulier – et d’encourager un usage chaotique de la langue, comme si l'objectif était, par l'imposition de nouvelles règles inapplicables, de retirer aux Français la possibilité de les posséder, de faire table rase de l'histoire de leur langueL'écriture inclusive est un maoïsme grammatical. 

Au passage, on observe souvent que les plus militants abandonnent d’eux-mêmes l’écriture inclusive après quelques lignes tant elle leur complique la tâche ! La promotion de l'écriture inclusive par son usage forcé dans les actes administratifs ou par son enseignement à l'école ou à l'université, s'inscrit dans une entreprise plus vaste de destruction de la culture française qui passe par la culpabilisation et l'égalitarisme. 

En matière de langue, on a l’habitude de dire que l’usage fait office de sanction. Il revient donc aux enseignants de refuser cette nouvelle lubie qui exclut les élèves en difficulté, entrave la compréhension et enlaidit le discours.  

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/