1 min de lecture Égalité hommes-femmes

Coronavirus : comment l'épidémie a augmenté la charge à domicile pour les femmes

Le temps consacré aux tâches domestiques a augmenté pour toute la population, mais de façon plus importante chez les femmes.

Une personne en train de faire le ménage dans son appartement (Illustration)
Une personne en train de faire le ménage dans son appartement (Illustration) Crédit : SIPA / Archives, Daniel Duart
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Nettoyage, rangement, cuisine : la crise sanitaire a poussé la population à rester chez soi et les tâches ménagères sont donc devenues davantage nécessaires et fréquentes. Si chacun contribue à ses repas et coups d'aspirateurs supplémentaires, le travail n'est pas équitablement réparti, selon un rapport publié par l'Organisation des nations unies (ONU).

60% des femmes interrogées à travers le monde ont affirmé avoir augmenté leur temps consacré aux tâches ménagères depuis le début de la pandémie, contre 54% des hommes. La différence est plus nette lorsque l'on observe des comportements spécifiques : par exemple, 45% des femmes disent passer plus de temps à faire le ménage, contre 35% d'hommes, et 32% affirment cuisiner davantage, pour 18% d'hommes.

Avec des cours de plus en plus souvent en distanciel, la garde d'enfants exige elle aussi de plus en plus de temps. Depuis le début de la pandémie, les femmes rapportent s'occuper d'enfants à peu près 31h par semaine. Pour les hommes, cela s'élève à 20h seulement.

Cette inégalité est présente en France, où les mères disent passer 29h de la semaine à effectuer de la garde d'enfants, et les hommes 19h.

Plus de femmes quittent le marché du travail

À lire aussi
Anne Hidalgo dénonce une amende "absurde". Anne Hidalgo
Paris : trop de femmes nommées directrices à la Ville ? Hidalgo s'insurge

L'ONU note également que la pandémie a poussé un plus grand nombre de femmes (28 millions) que d'hommes (24 millions) à quitter entièrement le marché du travail, dans 55 pays aux revenus moyens ou élevés à travers le monde.

Une précédente étude de l'organisation faisait soulevait déjà que les conséquences économiques de la Covid-19 atteindraient plus durement les femmes : "d'ici la fin de l'année, le nombre choquant de 13% des femmes et filles du monde, 469 millions de personnes, vivront dans l'extrême pauvreté".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Égalité hommes-femmes Droits des femmes ONU
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants