3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : vers un retour de l'inflation ?

ÉDITO - Pénurie, rupture des chaînes de production... Les conséquences économiques directes de l'épidémie de coronavirus pourraient entraîner une hausse des prix à terme.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Coronavirus : vers un retour de l'inflation ? Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Chloé Richard-Le Bris

La crise économique provoquée par l’épidémie de coronavirus pourrait avoir une conséquence très surprenante, elle pourrait faire revenir un phénomène qui a disparu dans nos économies depuis une trentaine d’années : l’inflation, la hausse des prix. 

L’épidémie se traduit par un approvisionnement perturbé. D’abord à cause des stockages intempestifs que font les consommateurs, de pâtes, de gels désinfectants, de papiers toilette, etc. La crainte de manquer provoque… le manque ! Un paradoxe bien connu en psychologie collective. 

Ensuite, l'inflation est aussi due à la rupture des chaînes de production. Une voiture, par exemple, intègre des pièces détachées de 35 pays différents. Et cela vaut pour la plupart des produits manufacturés. Qu’il manque ne serait-ce qu’une vis, à cause d'un pays désorganisé par le virus, et le produit n’est pas fini, pas livrable, pas achetable, il est en rupture de stock.

C’est l’économie de pénurie qui est décrite ici. Et en bonne logique, cela peut se traduire par une remontée des prix. Les producteurs, voyant que la demande est plus forte que leur offre, pourraient faire jouer de leur avantage et faire valser les étiquettes. C’est ce qui s’est d’ailleurs passé sur le gel hydroalcoolique la semaine dernière. C’est un mécanisme très habituel en économie de marché : quand le producteur a le rapport de force avec lui, il facture plus cher au consommateur. Les dérangements causés par le virus lui offrent cette opportunité.

Les entreprises vont peut-être rapatrier leur production

Selon la thèse d’un économiste américain, Kenneth Rogoff, on risque de subir une hausse des prix. Et on peut même aller plus loin. Les entreprises, prenant conscience de leur vulnérabilité en faisant fabriquer au bout du monde, en Chine notamment, vont peut-être rapatrier une partie de leur production. À 500 kilomètres, elles prennent moins de risques qu’à 10.000. 

À lire aussi
Des distributions de nourriture ont été organisées dans les régions confinées du nord de l'Inde Inde
Coronavirus : un gourou "superpropagateur" à l'origine de 15.000 contaminations en Inde ?

Il faut six semaines en bateau pour qu’un container arrive de Chine. Cette inflexion de la mondialisation pourrait, elle aussi, contribuer à faire monter les prix. Fabriquer plus près, c’est souvent fabriquer plus cher. Là encore, c’est le prix de vente qui en subirait les conséquences.

En réalité, cette épidémie ne fait que renforcer des tendances qui étaient déjà à l’œuvre. La guerre commerciale et la montée des tarifs douaniers avaient déjà réduit l’intérêt de la délocalisation. Tout comme la montée des salaires en Chine, qui date de plusieurs années. L’épidémie est un facteur de plus. 

L'investissement public dans la santé impacté

L’autre changement important pourrait toucher à l’investissement public dans la santé. La réapparition d’un danger viral va bouleverser les priorités, et provoquer une mise à niveau des systèmes de santé. Trump avait carrément stoppé les programmes de lutte contre les épidémies, il revient en arrière. L’Italie vient d’embaucher 20.000 soignants supplémentaires… 

De la même façon qu’on a ré-augmenté les investissements militaires devant le retour du danger géopolitique, de la même façon qu’on a mis les bouchées doubles sur le renseignement après les attentats, la santé va faire l’objet d’une attention bien plus soutenue après cette crise sanitaire mondiale. 

Plus d’inflation, moins de mondialisation, plus d’investissements publics, le coronavirus nous ramène dans les années 1970. Ressortez les pat d’ef et les robes a fleurs !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Inflation Épidémie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants