2 min de lecture Changement climatique

Climat : 2018, quatrième année la plus chaude jamais constatée

Les quatre années passées ont été les plus chaudes jamais enregistrées depuis la création des relevés météos en 1850, alerte l'ONU.

La sécheresse a touché durement l'est de l'Australie en 2018
La sécheresse a touché durement l'est de l'Australie en 2018 Crédit : GLENN NICHOLLS / AFP
Thomas Pierre
Thomas Pierre et AFP

Ce sont des chiffres alarmants qui attestent indéniablement du réchauffement climatique de la planète. Les années 2015, 2016, 2017 et 2018 ont été les plus chaudes jamais enregistrées depuis la création des relevés météos en 1850, selon l'Organisation météorologique mondiale

Avec 1,0° C de plus que la température qui prévalait à l'époque préindustrielle de la seconde moitié du XIXe siècle, l'année passée a même achevé le triste exploit de se hisser "au quatrième rang des plus chaudes qui aient été constatées", affirme cette agence spécialisée de l'ONU. 

La palme de l'année la plus chaude revient à 2016, "avec 1,2°C de plus qu'à l'époque préindustrielle", précise l'OMM. "En 2015 et 2017, l'écart de la température moyenne par rapport aux valeurs préindustrielles était de 1,1°C", ajoute-t-elle. 
Une tendance à la hausse qui se confirme également sur le long terme. Sur les 22 dernières années, on a dénombré les 20 années les plus chaudes jamais enregistrées, rappelle le secrétaire général de l'OMM, Petteri Taalas. "La communauté internationale doit donner la priorité absolue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre", insiste-t-elle. 

À lire aussi
Le Mont Denali (Alaska) culmine à plus de 6000 mètres d'altitude environnement
Climat : 66 tonnes d’excréments d'alpinistes menacent de dégeler en Alaska
>
State of the Climate 2018 - Updated version (February 2019)

Pas d'amélioration prévue en 2019

Selon l'ONU, 2019 ne s'annonce pas sous de meilleurs auspices que les quatre dernières années. L'Australie a connu le mois de janvier le plus chaud jamais enregistré, alors qu'une vague de froid intense s'est abattue sur une partie de l'Amérique du Nord.

Par ailleurs, la couverture glaciaire de l'Arctique et de l'Antarctique a été au deuxième plus bas niveau jamais observé. "L'Arctique se réchauffe à un rythme deux fois plus rapide que la moyenne mondiale (...). Ce qui se passe aux pôles ne reste pas cantonné aux pôles, mais influence les conditions météorologiques et climatiques dans d'autres régions, où vivent des centaines de millions de personnes", a rappelé Petteri Taalas.

Sommet à l'ONU en septembre

Un avis partagé par le secrétaire général de l'ONU. Dans un communiqué, Antonio Guterres souligne la nécessité "d'accroître de manière significative dans le monde les actions et les ambitions" pour le climat. À cet égard, il dit prévoir un sommet le 23 septembre à New York, en marge de l'Assemblée générale de l'ONU.

Un rendez-vous international qui se focalisera autour de "neuf domaines-clés", dont les transitions énergétiques et industrielles, les actions dans les villes et à l'échelon local et le financement de la lutte contre le réchauffement climatique, a-t-il précisé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Changement climatique Climat Environnement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796476635
Climat : 2018, quatrième année la plus chaude jamais constatée
Climat : 2018, quatrième année la plus chaude jamais constatée
Les quatre années passées ont été les plus chaudes jamais enregistrées depuis la création des relevés météos en 1850, alerte l'ONU.
https://www.rtl.fr/actu/conso/climat-2018-quatrieme-annee-la-plus-chaude-jamais-constatee-7796476635
2019-02-07 15:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/735l3Jp-P8SSj6THlvFrZA/330v220-2/online/image/2019/0207/7796477112_la-secheresse-a-touche-durement-l-est-de-l-australie-en-2018.jpg