1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Antarctique : la fonte des glaces s'accélère, le niveau des océans monte
2 min de lecture

Antarctique : la fonte des glaces s'accélère, le niveau des océans monte

Un nouveau rapport scientifique pointe l'état critique de la calotte glacière. La fonte de la glace du continent polaire bat des records et menace les habitants de milliers de villes côtières.

Faille sur la péninsule antarctique
Faille sur la péninsule antarctique
Crédit : STRINGER / BRITISH ANTARCTIC SURVEY / AFP
Fonte des glaces en Antarctique : le cri d'alarme de Jean-Louis Étienne
05:16
Antarctique : la fonte des glaces s'accélère, le niveau des océans monte
05:16
Joanna Wadel & AFP

La fonte annuelle des glaces en Antarctique est plus rapide que jamais. Environ six fois plus qu'il y a quarante ans. Cette accélération entraîne une hausse accrue du niveau des océans, d'après les résultats d'une étude scientifique publiés lundi 14 janvier.

Selon un rapport des Compte-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS), l'amoindrissement des glaces du Continent Blanc est responsable d'une montée de 1,4 centimètre du niveau des océans de la planète entre 1979 et 2017. Une élévation désastreuse, que le rythme de fonte anticipé est susceptible d’accentuer dans les années à venir.

"Avec la calotte antarctique qui continue de fondre, nous prévoyons une hausse du niveau des océans de plusieurs mètres à cause de l'Antarctique dans les prochains siècles", a relevé Eric Rignot, président de la chaire de système scientifique de la Terre à l'université de Californie (Irvine). 

Des milliards de tonnes de glace en moins

Des prévisions d'autant plus alarmantes qu'une montée de 1,8 mètre d'ici 2100 provoquerait l'inondation de nombreuses villes côtières abritant des millions de personnes dans le monde, comme l'ont démontré plusieurs études antérieures.

À lire aussi

Les chercheurs ont mené la plus longue évaluation de la masse des glaces dans dix-huit régions de l'Antarctique, dont les conclusions ont été publiées ce lundi. Les scientifiques se sont appuyés sur des données fournies par des photographies aériennes en haute résolution, prises par des avions de la Nasa, ainsi que sur des images radar provenant de satellites de multiples agences spatiales.

Les clichés ont permis de déterminer qu'entre 1979 et 1990, l'Antarctique avait perdu en moyenne 40 milliards de tonnes de masse glaciaire par an. Un chiffre passé à partir de 2009, et jusqu’en 2017, à 252 milliards de tonnes chaque année

Une bombe à retardement

Plus inquiétant encore, les scientifiques ont repéré des zones à risque dans l'Est du continent, pourtant autrefois considérées comme relativement "à l'abri du changement".

"Cette région est probablement beaucoup plus sensible au climat que ce qui était traditionnellement présumé et c'est important de le savoir parce qu'elle a davantage de glace que l'Antarctique de l'Ouest et la péninsule Antarctique réunies", a expliqué M. Rignot.

L'Antarctique renferme suffisamment de glace pour provoquer une élévation de 57 mètres du niveau des mers. La grande majorité de cette glace est concentrée dans l’Est, et représente près de la moitié des réserves d’eau douce de la planète. De quoi faire monter les mers de 52 mètres en cas de fonte. Les récentes recherches devraient donc inciter à porter une "attention accrue" à la fonte des glaces dans cette zone, a souligné le rapport des PNAS.

Un réchauffement irréversible

En septembre 2018, une étude d’envergure publiée dans la revue Nature analysait des couches de sédiments du plancher océanique déposés lors de la dernière fonte du bassin sous-glaciaire de Wilkes, dans l'Antarctique de l'Est, il y a 125.000 ans. Les résultats ont montré que cet énorme bassin recommencerait à fondre en cas d'élévation de la température de 2°C, la limite haute fixée par l'accord de Paris pour atténuer le changement climatique.

Selon les scientifiques, le réchauffement de l'eau des océans va accélérer encore davantage la fonte des glaces, et le niveau des mers va continuer à s'élever pendant des siècles, quels que soient les efforts réalisés actuellement pour combattre le changement climatique. Leur température, qui atteint des records ces dernières années, se réchauffe plus rapidement que ce que pensaient les scientifiques.   

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/