2 min de lecture Coronavirus France

Vaccin : qu'est-ce que le code Nuremberg, mis en avant par des anti-vaccin radicaux ?

FACT CHECKING - Beaucoup d’anti-vaccin radicaux évoquent le code Nuremberg pour expliquer leur refus d’une injection du sérum anti-covid. Mais qu'est-ce que ce code ?

Micro générique Switch 245x300 Fact Checking Jean-Mathieu Pernin iTunes RSS
>
Vaccin : qu'est-ce que le code Nuremberg, mis en avant par des anti-vaccin radicaux ? Crédit Image : DAMIEN MEYER / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Jean-Mathieu Pernin édité par Emmanuelle Brisson

Le 9 décembre 1946 s’ouvre ­devant le tribunal militaire américain de Nuremberg le procès de 23 médecins pro-régime nazi, accusés notamment d’avoir réalisé des expérimentations médicales sur des êtres humains durant la Seconde Guerre mondiale. À la suite de ce procès vont être édictés des principes de référence éthique concernant les expériences médicales acceptables. 

Le premier des 10 articles évoque le consentement volontaire du sujet humain, absolument essentiel. Le dernier donne le droit au médecin conduisant l’expérience de l’interrompre à tout moment, s'il pense qu’elle peut entrainer de graves séquelles pour le patient. C’est ce qu’on appelle le code Nuremberg, toujours en vigueur.

Quel rapport avec les vaccins ? Selon les plus radicaux de leurs opposants, en allant nous faire vacciner nous serions les cobayes d’une expérimentation géante. L’homme serait réduit à une condition de rat de laboratoire en violation totale avec le code Nuremberg puisqu’on ne nous demande pas notre avis. Un argument très répandu. Tout cela est faux, indécent d’un point de vue historique et malsain au niveau scientifique. Un vrai combo.

La vaccination n’est pas obligatoire

Si l’on prend le sérum le plus injecté actuellement, le Pfizer-BioNTech, 43.448 personnes ont participé à l’étude, recrutées aux États-Unis, au Brésil, en Argentine. Toutes étaient volontaires, donc consentantes. C'est la même chose pour les pensionnaires dans les Ehpad actuellement : le recueillement de la personne ou de la famille est nécessaire.

À lire aussi
Union européenne
Coronavirus en Europe : Macron évoque la mise en place d'un "pass sanitaire"

Et l’argument mettant à plat totalement ceux qui invoquent le code Nuremberg par rapport à la campagne actuelle, c'est que la vaccination n’est pas obligatoire. En réalité, il s’agit moins de parler de science et de consentement que de faire peur. Les mots code et Nuremberg associés, nous renvoient à une époque sombre, violente et pour certains nous en serions proche. Un raisonnement en chute libre totale, qui jongle avec les peurs et ne repose sur pas grand-chose.

Que deviendront ces anti-vaccins ?

54% des Français interrogés par l’Ipsos pour le journal Le Parisien souhaitent se faire vacciner dans une étude publiée dimanche 17 janvier. Soit 14 points de plus qu’il y a un mois. Il y a une différence entre ceux qui doutent et ceux qui militent ardemment contre les vaccins. 

Ces derniers n’hésitent jamais à diffuser, partager, multiplier les intox pour accentuer les interrogations concernant les sérums, notamment sur les réseaux sociaux et ça ne s’arrête pas. Donc prudence. Mais que deviendront ces anti-vaccin radicaux quand la plupart des Français seront vaccinés ? Cela reste une énigme.

La rédaction vous recommande

Lire la suite
Coronavirus France Santé Vaccin
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants