2 min de lecture Rentrée scolaire

Michel Cymes conseille de commencer le sport dès 3 ans

C'est l'un des incontournables de la rentrée : le sport pour les enfants. Et il n'y a pas d'âge pour commencer, le plus tôt est le mieux.

Ca va beaucoup mieux - Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Rentrée 2019 : Michel Cymes vous aide à choisir le bon sport pour vos enfants Crédit Image : JEFF PACHOUD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par Paul Turban

Il faut inscrire le sport dans son mode de vie et a fortiori dans celui des enfants. Plus on commence tôt, mieux c’est. Et en la matière, l’éveil peut se faire dès l’âge de 3 ans et dans une piscine. La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, souhaite que tous les enfants apprennent à nager et surtout à bien nager. Il existe des jardins aquatiques où des bouts de chou de 3 ans se familiarisent avec l’eau, l’objectif étant qu’à 6 ans, ils soient autonomes dans une piscine. 

Pour les plus petits, l'athlétisme est une autre discipline adaptée. On ne va pas donner un javelot, une perche ou un marteau à un enfant de 3 ans mais il faut savoir qu’il existe tout un tas d’équipements en mousse ou en caoutchouc qui permettent de s’initier au sport olympique numéro 1. On connaît les fondamentaux de l’athlétisme : courir, sauter, lancer. Tout ça, on peut le faire au sein de clubs de baby-athlé qui cartonnent. 

Les exemples abondent de sports qu’il est possible de pratiquer dès le plus jeune âge.
La Fédération Française de tennis de table propose une initiation dès l’âge de 4 ans. Les balles sont en mousse, les raquettes adaptées… Là encore, c’est un carton : depuis la mise en place ce cette activité, le nombre de licenciés en tennis de table de moins de 7 ans a quadruplé. 

Tennis, judo... Tout est possible

Le tennis aussi suit le mouvement. On appelle ça le baby-tennis, vous l’aviez deviné. Dès 3 ans, vous êtes le bienvenu. Outre le fait d’ancrer la pratique sportive dans les habitudes et de permettre à l’enfant de se dépenser, ce sport développe la motricité, la capacité à se situer dans l’espace et, comme la plupart des sports, renforce l’estime de soi. Car les petits progressent vite et s’en aperçoivent.

À lire aussi
Sébastien Jumel, député communiste de Seine-Maritime, le 8 octobre 2019 handicap
École inclusive : "Beaucoup de discours et peu d'actes", estime le député Sébastien Jumel

Même chose avec l’initiation au judo dont les bénéfices débordent du cadre strictement sportif. Sur les tatamis, on apprend rapidement la politesse, le respect de l’adversaire tout comme celui des règles et, chose qui convient d’être soulignée, on s’entraîne à chuter en évitant de se faire mal. Ça peut servir dans la vie de tous les jours. 

Les sports collectifs aussi s'ouvrent au plus petits

En allant faire un tour sur les sites des fédérations françaises de basket, de foot, de rugby, de volley ou de handball, vous verrez qu’on est, en plusieurs endroits, prêt à accueillir les enfants dès l’âge de 4 ans. Alors bien sûr, à cet âge-là, on ne pratique pas de manière classique puisqu’on adapte l’activité et le matériel. L’enfant, on le fait jouer seul, puis à deux, puis à trois et ainsi de suite. 

Mais de cela, il reste toujours quelque chose qui débouche ensuite sur un besoin de bouger indispensable à une bonne santé. Pour espérer des médailles dès 2024 à Paris, ça risque d’être un peu juste si votre enfant a moins de 6 ans, mais pour les olympiades suivantes, on ne sait jamais…

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Rentrée scolaire Santé Enfants
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants