3 min de lecture Coronavirus

La dénutrition, une maladie méconnue qui frappe aussi les malades du coronavirus

Un collectif de soignants et de militants veut alerter cette semaine sur les dangers de la dénutrition, qui touche une part alarmante des patients hospitalisés, des seniors, et désormais aussi des malades du Covid-19. À l'hôpital, 30% des patients seraient dénutris.

Le personnel médical d'un hôpital, pendant la crise du coronavirus (illustration)
Le personnel médical d'un hôpital, pendant la crise du coronavirus (illustration) Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Sarah Ugolini
Sarah Ugolini
et AFP

C'est une maladie méconnue qui tue en silence. Le grand public, et même certains médecins, ne lui prêtent guère attention, pourtant la dénutrition peut tuer. Un collectif de soignants et de militants veut ainsi alerter cette semaine sur les dangers de la dénutrition, qui touche une part alarmante des patients hospitalisés, des seniors, et désormais aussi des malades du Covid-19.

Cette pathologie, qui se manifeste par une perte de poids importante et soudaine (plus de 5% en un mois) chez les malades ou les personnes âgées, se heurte à une forme d'incrédulité, car "les gens ne comprennent pas comment on peut être dénutri dans une société d'abondance", souligne Jérôme Guedj, l'un des coordinateurs de la première "semaine nationale de la dénutrition", du 12 au 19 novembre.

Selon le collectif organisateur, le phénomène toucherait 25% des personnes âgées ayant besoin d'une aide à domicile, et même 30 à 40% des résidents de maisons de retraite. À l'hôpital, 30% des patients seraient dénutris.

L'amaigrissement rapide doit toujours inquiéter

Parmi eux, les malades du cancer sont particulièrement concernés, mais aussi les victimes d'une forme grave du Covid-19. Selon une étude en cours de publication, portant sur 403 patients hospitalisés pour coronavirus, la perte de poids moyenne atteindrait 6,5 kilos. Joseph-Robert Iannone, 67 ans, a lui vécu un amaigrissement bien plus dramatique. Il a perdu 17 kilos en un mois, soit 18% de son poids, lors de sa longue hospitalisation à Grenoble pendant la première vague épidémique, au printemps.

À lire aussi
coronavirus
Coronavirus : il est trop tôt pour déterminer l'origine du virus, selon l'OMS

Après 20 jours en réanimation, dont une semaine en coma artificiel, "j'étais d'une maigreur cadavérique, ma femme ne m'a presque pas reconnu", raconte le sexagénaire, qui a mis six mois à récupérer son poids d'origine. "Moi qui étais plutôt costaud, toute ma musculature avait fondu. J'ai dû réapprendre à marcher, à monter les escaliers", poursuit-il.

Même s'il n'est pas toujours aussi spectaculaire, l'amaigrissement rapide doit toujours inquiéter, souligne le Pr Éric Fontaine, médecin nutritionniste et président du Collectif de lutte contre la dénutrition. En effet, le malade qui se dénutrit va essentiellement perdre des muscles, plutôt que de la graisse. Le phénomène est donc alarmant, y compris pour des personnes obèses ou en surpoids, car cela va altérer ses défenses infectieuses.

Seuls 19% des Français l'identifient comme une maladie

"Très mal enseignée, même aux médecins", cette maladie est également mal comprise par les patients eux-mêmes, déplore le Dr Fontaine. Certains sont non seulement inconscients de la gravité du problème, mais en plus se réjouissent de perdre du poids. 

Selon un récent sondage Ifop réalisé pour le collectif et la Fondation Jean Jaurès, 49% des Français pensent, à tort, que la dénutrition est une "conséquence de la famine", et seuls 19% l'identifient comme une maladie. La majorité des sondés pense, à tort également, qu'il est normal de maigrir quand on a une maladie grave, ou en vieillissant.

Or, "vieillir ne fait pas maigrir", martèle Agathe Raynaud-Simon, gériatre à Paris. En revanche, plus on vieillit, plus des pathologies diverses font perdre l'appétit, explique-t-elle. Depuis les grands épisodes de canicule, le grand public a appris que "les personnes âgées perçoivent mal la sensation de soif, mais c'est vrai aussi pour la faim", poursuit la gériatre.

Première semaine de sensibilisation à la dénutrition

"La difficulté c'est qu'il faut être un peu intrusif, pour faire manger des gens qui n'ont pas faim", selon le Pr Raynaud-Simon. Pour cela, une bonne astuce est d'enrichir l'alimentation sans augmenter le volume de l'assiette, par exemple en rajoutant du beurre ou un oeuf dans une purée. Or, "dans les Ehpad, on manque de personnel et de temps" pour faire attention à ces détails.

Selon elle, la dénutrition peut aussi concerner les seniors restés à domicile, particulièrement en ces temps de confinement. "Beaucoup de personnes isolées chez elles ont perdu de l'appétit à cause du stress, de l'isolement, de la peur de sortir faire leurs courses", assure  le Professeur.

Lors de cette première semaine de sensibilisation à la dénutrition en France, l'accent sera mis sur la sensibilisation du grand public, crise du Covid oblige, via une communication en ligne et dans la presse, mais aussi grâce à des actions directes dans les 500 Ephad de l’opération "Maison Gourmande et Responsable". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Maladies Seniors
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants