1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Coronavirus : l'hôpital privé possède-t-il réellement 115.000 lits de réanimation vides ?
1 min de lecture

Coronavirus : l'hôpital privé possède-t-il réellement 115.000 lits de réanimation vides ?

FACT CHECKING - Sur Facebook, une vidéo relayant le fait que 115.000 lits d'hôpitaux seraient libres dans le secteur privé a été vue plus de deux millions de fois.

Un homme atteint des symptômes du COVID-19 sur son lit d'un hôpital de Wuhan.
Un homme atteint des symptômes du COVID-19 sur son lit d'un hôpital de Wuhan.
Crédit : STR / AFP
Coronavirus : l'hôpital privé possède-t-il réellement 115.000 lits vides ?
03:01
Coronavirus : l'hôpital privé possède-t-il réellement 115.000 lits vides ?
03:01
micro générique
Jean-Mathieu Pernin - édité par Nicolas Barreiro

Visionnée plus de 2 millions de fois, une vidéo selon laquelle 115.000 lits seraient vides dans les hôpitaux privés a été diffusée sur Facebook, sur le compte d’un gilet jaune niçois, avant d’être reprises sur d’autres réseaux sociaux. Un message de révolte pour dire qu’il y a des lits disponibles en France, mais que l’on ne les réquisitionne pas.

Il s’appuie sur l’extrait d’une émission de RMC, dans laquelle un auditeur explique qu’il est normal que les hôpitaux soient saturés car "on ne travaille pas assez ensemble public et privé". Il assure que 115.000 lits sont aujourd’hui libres en cliniques privées, pendant que des citoyens meurent et que des opérations sont déprogrammées.

Ce chiffre en impose, on pourrait croire que le service privé nargue le public en faisant fuiter ce chiffre. Mais non, la fédération des cliniques et des hôpitaux privés explique que les 115.000 lits correspondent à l’ensemble des places disponibles dans le privé, pas que pour la réanimation mais aussi pour d’autres opérations que la Covid.

Le rôle de l'hôpital privé pendant l'épidémie

Contactée par nos confrères de Libération, la fédération des cliniques et des hôpitaux privés estime à 20% la part de patients Covid pris en charge par le privé.

À lire aussi

Lors du confinement de printemps, on avait alors pu voir quelques disfonctionnements entre les hôpitaux privés et publics notamment dans le Grand Est. Un problème d’organisation vite résolu mais qui avait montré que les deux n’avaient pas du tout l’habitude de travailler ensemble. Aujourd’hui ça va mieux entre public et privé, alors affirmer qu’il y a 115.000 lits vides, c’est faux ou c’est ne pas connaître la situation.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/