2 min de lecture Épidémie

Coronavirus : un survivant français, soigné en Allemagne, raconte son combat pour la vie

TÉMOIGNAGE - Plongé dans le coma et héliporté en Allemagne à cause de la saturation des hôpitaux en France, Thierry Grandperrin revient sur sa guérison du Covid-19 et loue la coopération entre pays européens dans cette épidémie.

Yves Calvi RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Coronavirus : "J'étais en détresse respiratoire" raconte un survivant Crédit Image : SEBASTIEN BOZON / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Yannick Olland
édité par Quentin Marchal

Depuis le début de l’épidémie, l'entraide européenne se fait sentir et l’Allemagne, le Luxembourg, la Suisse et l’Autriche ont accueilli près de 150 patients français pour désengorger les hôpitaux débordés. Ces transferts se sont faits en hélicoptère ou en avion médicalisé pour des malades en coma artificiel, qui avaient besoin de lits de réanimation. 

Parmi les patients qui ont guéri du Covid-19, figure Thierry Grandperrin, un Alsacien, qui a bénéficié de ce pont aérien à l’échelle européenne. Il a été hospitalisé en Allemagne et vient d’être rapatrié en France où il a retrouvé sa maison, perchée sur une crête des Vosges. Ce professeur de biologie âgé de 59 ans raconte comment il avait été terrassé d’un seul coup par le coronavirus : "Du jour au lendemain, j'ai eu une perte de capacités respiratoires assez spectaculaire. Pour monter à l'étage ou descendre, il fallait que je le fasse sur les fesses. J'étais en détresse respiratoire".

Après avoir ressenti les premiers symptômes, Thierry se retrouve confronté à un périple médical : "Je suis parti en ambulance à Colmar, puis j'ai été transféré à Hautepierre où j'ai été intubé et mis dans le coma. Comme j'avais la chance d'être stable, j'ai été transféré en Allemagne en étant héliporté". Son transfert a lieu le lundi 23 mars et Thierry ne se rendra compte qu'à son réveil qu'il a changé de pays. Et manque de chance, il ne parle pas un mot d'allemand.

15 kilos perdus en 15 jours

Lors de son hospitalisation en Allemagne, Thierry pensait que sa fille, qui travaille au Luxembourg, pas très de loin de Trèves, pourrait venir le voir. Elle a essayé de passer, mais les hôpitaux allemands appliquent des règles de sécurité aussi sévères qu’en France où les familles ne peuvent donc pas croiser les malades. "Ma fille a pu se déplacer pour m'apporter quelques effets personnels [...] mais on est vraiment confiné et on ne peut pas voir ses proches" confie-t-il.

À lire aussi
La Norvège a décidé d'imposer une quarantaine de 10 jours aux voyageurs venant de France à cause de la résurgence de cas de coronavirus. (Illustration Coronavirus France
Coronavirus : la Norvège repasse la France en zone rouge

Finalement Thierry est sorti du coma en Allemagne avant d'être rapatrié en ambulance, jusqu’à l’hôpital de Colmar, où il a encore passé quelques jours avant de retrouver sa maison le mercredi 8 avril, plus de deux semaines après l'avoir quittée. "J'avais envie de faire plein de choses mais la réalité revient vite au galop car on s'essouffle assez vite" reconnait-il.

Physiquement, Thierry reste marqué par la maladie et son séjour en réanimation où il a perdu 15 kilos. Amaigri mais guéri du Covid-19, il se montre très reconnaissant de la solidarité entre voisins européens face à cette épidémie : "Ce que je retiens, c'est l'efficacité et le dévouement des médecins et des personnels soignants en Allemagne ou ici (en France), parce qu'on est vraiment bien pris en charge et bien suivi".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Épidémie Coronavirus Hôpitaux
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants