3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : les réflexes à conserver après l'épidémie selon Michel Cymes

Que se passera-t-il une fois l'épidémie de Covid-19 derrière nous ? Faudra-t-il garder certaines habitudes comme le port du masque dans les endroits fréquentés ? Et comment éviter une nouvelle épidémie ?

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Coronavirus : les réflexes à conserver après l'épidémie selon Michel Cymes Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par Nicolas Barreiro

D'ici quelques jours, nous allons pouvoir retrouver un semblant de vie normale, grâce à un allègement du confinement évoqué par Emmanuel Macron. On espère que, dans quelques semaines, et notamment avec l’arrivée du vaccin, on puisse envisager de sortir progressivement de cette terrible période. 

Mais une question se pose, que se passera-t-il après ? En fait, il y a plusieurs hypothèses. La première repose sur le fait que l’être humain a tendance à "oublier" les mauvais moments pour ne garder que les bons souvenirs. Bien sûr, pas question de faire comme si cette pandémie n’avait pas existé, mais on peut parier que de nombreuses personnes reprendront une vie presque normale une fois qu’on se sera débarrassé de la menace épidémique.

Deuxième hypothèse, on sera plus prudent, on gardera les gestes barrière, même si c’est à minima, les masques dans les lieux fréquentés, moins de bises et de serrages de main, le gel avec soi en permanence, le télétravail… Ce qui est une bonne chose car on évitera ainsi toutes les autres maladies style gastro, bronchiolite ou grippe et même les rhumes.

Peut-on éviter une autre épidémie ?

Ce n’est pas avec ça qu’on évitera complètement l’arrivée d’une autre épidémie avec un autre virus qui pourrait s’avérer autant, ou peut-être plus, dramatique. Face à cela, il existe deux solutions. La première est écologique. Ne plus laisser les animaux nous contaminer avec leurs virus. On ne va pas détailler tout ce qui devrait être fait mais on en a beaucoup débattu.

À lire aussi
coronavirus
Coronavirus en Grande-Bretagne : les pharmacies mises à contribution pour la vaccination

La seconde, c’est se préparer à être infectés par un virus inconnu, mais tout faire pour qu’il ne déclenche ni formes graves, ni décès. Dans une récente étude faite par les hôpitaux de Strasbourg, et l’institut Pasteur, 88 % des malades hospitalisés en réanimation étaient porteurs d’au moins une des maladies suivantes : HTA, obésité ou diabète. Or, ces trois maladies peuvent être prévenues, dans la grande majorité des cas.

Si nous voulons avoir une vraie politique de santé préventive pour éviter une hécatombe en cas de nouvelle épidémie, il faudrait s’attaquer plus sérieusement à ce qu’on appelle depuis le début : la co-morbidité.

Insister sur la prévention

Quand on veut réduire la mortalité sur les routes , on peut mettre des airbags, renforcer la solidité de la voiture en cas de choc, mettre des ABS, un système sophistiqué anticollisions… mais si le conducteur roule en permanence à 200km/h, un jour il aura un accident fatal. Il faut donc éduquer le conducteur, lui rappeler régulièrement les dangers de la vitesse pour qu’il soit raisonnable .

C’est pareil en médecine. Quand on est hypertendu, diabétique ou en surpoids, on peut continuer comme ça, prendre des médicaments pour limiter les complications, mais si un virus arrive, ce seront eux les plus gravement touchés. Le plus logique ne serait-il pas de se dire qu’il vaudrait mieux ne pas être porteur d’une de ces pathologies et le pire c’est que c’est possible. La prévention ! 

L’activité physique ou le sport, l’équilibre alimentaire, avec ça, vous évitez ou vous réduisez drastiquement le nombre de malades et donc de victimes potentielles d’une nouvelle épidémie. Il faut le dire, le faire savoir, convaincre les Français qu’on ne peut pas continuer sur cette voie, ni pour eux, ni pour leurs enfants.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Coronavirus France Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants