1. Accueil
  2. Actu
  3. Santé
  4. Coronavirus : Michel Cymes s'inquiète de la baisse des cas d'AVC et d'infarctus
2 min de lecture

Coronavirus : Michel Cymes s'inquiète de la baisse des cas d'AVC et d'infarctus

Les médecins des hôpitaux voient de moins en moins de patients victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’un infarctus. Par peur du coronavirus, ces malades ne viendraient plus.

Les hôpitaux débordés à cause du manque de personnel
Les hôpitaux débordés à cause du manque de personnel
Crédit : PASCAL PAVANI / AFP
Coronavirus : Michel Cymes s'inquiète de la baisse des cas d'AVC et infarctus
03:16
Coronavirus : Michel Cymes s'inquiète de la baisse des cas d'AVC et infarctus
03:16
CYMES_245300
Michel Cymes
Animateur

Le nombre d’hospitalisations pour un accident vasculaire cérébral (AVC) ou un infarctus a chuté de 50%. Tous ces patients victimes d’AVC ou d’infarctus et qui ont disparu des radars, en tout cas des radars des urgences, inquiètent les médecins. Ces patients, en retardant le diagnostic, mettent en danger leur pronostic vital. 

En effet, il y a des chiffres qui posent problème. Dans certains services d’urgences, les médecins constatent que depuis le début de l’épidémie de coronavirus, le nombre de patients hospitalisés pour un AVC ou un infarctus a chuté de 30 à 50%. Par exemple, au service de neurologie de l’hôpital de Brest, au mois de mars dernier, 100 personnes ont été hospitalisées pour une suspicion d’AVC alors qu’en mars 2019, elles étaient 146.

Une telle variation dans les statistiques est forcément suspecte. Soit il y a subitement moins d’AVC et d’infarctus dans notre pays, soit les patients rechignent à se rendre aux urgences et, en conséquence, se mettent en danger. Il est vrai que l’hôpital peut être perçu comme un lieu anxiogène pour certains patients, surtout en période de pandémie mais il existe deux filières aux urgences : la première est réservée aux malades du Covid-19 et la seconde accueille les autres malades.

Les symptômes de l'AVC et de l'infarctus

C’est peut-être le moment de rappeler ce que sont les symptômes de ces deux maladies. Le premier symptôme, c’est la paralysie. Une moitié de votre corps ne répond plus, le deuxième est l’engourdissement du visage : la bouche devient asymétrique, vous mélangez les mots, vous ne pouvez plus articuler. Le troisième symptôme, ce sont les vertiges. Le quatrième symptôme, les maux de tête. Ils sont intenses et inhabituels. Enfin, cinquième symptôme : votre vision est perturbée.

À lire aussi

Si vous vivez ce genre de chose, il faut impérativement réagir car certains patients font de "petits" AVC qui passent quasiment inaperçus, donc ils ne consultent pas et préparent ainsi le terrain pour un AVC plus sérieux qui, lui, peut être fatal. 

Les symptômes de l'infarctus, eux, sont une sensation de pression dans la poitrine. Vous avez l’impression que quelque chose pèse dessus. Une douleur qui touche la nuque, la mâchoire, le dos ou le bras, dans la plupart des cas, le bras gauche et enfin des nausées, de vomissements ou des vertiges. 


Dans tous les cas, n’hésitez pas à contacter le 15 comme vous l’auriez fait avant l’épidémie et le confinement. Que vous soyez un homme ou une femme, parce que je rappelle que l’infarctus touche aussi les femmes. Les urgences, mieux vaut les appeler pour rien que regretter de ne pas les avoir appelées.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/