2 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : à qui peut-on se fier ? Michel Cymes vous éclaire

La France est sur le point d'entrer dans une nouvelle de phase de confinement, plus de sept mois après la première. Depuis mars dernier, beaucoup de facteurs ont évolué.

Michel Cymes Ça va Beaucoup Mieux Michel Cymes iTunes RSS
>
Coronavirus : à qui peut on se fier ? Michel Cymes vous éclaire Crédit Image : JEFF PACHOUD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
CYMES_245300
Michel Cymes édité par Nicolas Barreiro

Après les annonces d'Emmanuel Macron, tout le monde s'interroge, est-ce que tout a été fait pour éviter d'en arriver là ? Il est normal de se poser la question et le mieux serait de pouvoir y répondre. Cela nous permettrait de prévoir l'avenir, d'anticiper une nouvelle vague voire une nouvelle épidémie de ce genre.

On entend beaucoup de politiques et de scientifiques s'exprimer depuis des mois sur ce qu'il aurait fallu faire, se ce qu'on aurait pu éviter, sur les mesures évidentes qui n'ont pas été prises… Parmi ceux-là, on remarque d'un côté les pessimistes qui prédisent que la catastrophe sanitaire et économique va nous poursuivre pendant des années. De l'autre côté, les rassuristes qui pensent que cela est certes grave mais qu'on en fait un peu trop.

Face à eux, il faut croire ceux qui disent qu'on en sait rien. Les optimistes auront peut-être raison, sinon les pessimistes. Dans tous les cas, c'est uniquement une fois qu'on aura vaincu cette épidémie qu'on pourra en dresser le bilan

Des mois d'erreurs

Rappelez-vous ce qu'on entendait dire en mars dernier sur le port du masque, les tests, le traçage ou encore de la seconde vague, de la part des plus grands spécialistes français en épidémiologie ou maladies infectieuses. 

À lire aussi
Une boule sur un sapin de Noël (illustration) noël
Coronavirus : Noël se fera avec moins d'invités pour 66% des Français

Rappelez-vous de ceux qui nous parlaient d'un traitement efficace à coup sûr, dont on ne parle plus aujourd'hui. De ceux qui lançaient des pétitions, pour que les médecins puissent le prescrire, qui aujourd'hui crient au scandale sur la gestion de la crise. 

Rappelez-vous de ceux qui pensaient qu'avec l'arrivée des beaux jours, l'épidémie se calmerait. Nous sommes nombreux à nous être trompés. Aujourd'hui, il convient de le dire et d'essayer de comprendre pourquoi l'opinion publique est tellement remontée contre les décideurs, qu'ils soient scientifiques ou politiques.

Le danger d'un diagnostic trop sûr

Les médecins sont formés au cours de leurs études et de leur pratique quotidienne à rassurer le patient. Pour ce faire, le médecin doit donc être sûr de lui, et faire comprendre qu'il va sortir la malade du problème dans lequel il se trouve. 

Au cours de l'épidémie, on a demandé aux médecins qui défilaient au sein des plateaux de télévision de donner un avis tranché. Que va devenir ce virus ? Quand va-t-il disparaître ? Combien de morts ? À quand un traitement ? Les experts répondaient, certains avec plus d'assurance que d'autres, car il fallait répondre.

Désormais, ils sont de plus en plus nombreux à ne plus oser prévoir l'avenir, ce qui peut poser un danger. Si vous additionnez la perte de crédibilité du corps médical et la peur des spécialistes à pronostiquer quoi que ce soit, vous laissez la place aux charlatans, aux réseaux sociaux… La seule certitude que l'on peut avoir, c'est que le virus nous balade et va plus vite que nous.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Médias
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants