3 min de lecture Coupe du Monde

Coupe du Monde féminine 2019 : une double utilisation de la VAR qui fait débat

ÉCLAIRAGE - Les Bleues ont remporté leur troisième match de poule, lundi 17 juin à Rennes face au Nigeria (1-0), grâce à un penalty d'abord manqué par Wendie Renard mais donné à retirer dans la foulée après un nouvel appel à l'arbitrage vidéo.

L'arbitre hondurienne Melissa Borjas indique le point de penalty sous les yeurx d'Amandine Henry le 17 juin 2019 à Rennes
L'arbitre hondurienne Melissa Borjas indique le point de penalty sous les yeurx d'Amandine Henry le 17 juin 2019 à Rennes Crédit : FRANCK FIFE / AFP
Gregory Fortune
Gregory Fortune
et La rédaction de RTL

Les Bleues bénéficient-elles d'un "arbitrage maison" lors de cette Coupe du Monde 2019, organisée pour la première fois en France ? La question fera sûrement bondir les intéressées, leurs supportrices et leurs supporters. Elle a pourtant été posée sur plusieurs plateaux de télévision dans les heures qui ont suivi la victoire (1-0) face au Nigeria lors du troisième et dernier match de poule.

L'expression "arbitrage maison", qui remonte à des décennies, insinue que le pays hôte d'une compétition - ou le club qui reçoit lorsqu'il s'agit de matches de championnat ou de coupes - bénéficie des faveurs du directeur de jeu. Dans le football moderne, il faut ajouter au champ de l'arbitre le recours à l'assistance vidéo (VAR), qu'il ou elle peut demander mais qui peut aussi lui être proposé par les assistants préposés situés derrière des écrans.

Lundi 17 juin, à Rennes, l'arbitre Hondurienne Melissa Borjas prend la décision de consulter les images après un contact dans la surface entre Ngozi Ebere et Viviane Asseyi (75e), alors que le score est de 0-0. De retour sur le terrain, elle dessine un rectangle avec ses doigts, indique le point de penalty et expulse la défenseuse nigériaine. Wendie Renard s'élance pour la France mais son tir est repoussé par le poteau droit de Chiamak Nnadozie.

Chiamak Nnadozie a quitté sa ligne de but trop tôt

À lire aussi
Didier Deschamps : la tête dans les étoiles équipe de France de football
Coupe du Monde 2018 : un an après le sacre, Deschamps évoque ses souvenirs sur M6

Les Africaines se congratulent. En restant à 0-0, elles tiennent le point qui assure leur qualification pour les 8es de finale, alors que ce match nul suffit aussi aux Françaises pour terminer 1res du groupe A. Leur joie n'est finalement que de très courte durée. L'arbitre reprend ses échanges avec les assistants, dessine un nouveau rectangle, siffle et indique de nouveau le point de penalty.

Les garants du jeu s'appuie en fait sur la loi 14 du règlement relative au penalty, qui stipule qu’au moment du tir, "le gardien de but doit avoir au moins un pied sur sa ligne". Pour Melissa Borjas et ses assistants, Chiamak Nnadozie a quitté sa ligne de but trop tôt. Elle écope même d'un carton jaune. Dans le même temps, deux Françaises ont pénétré dans la surface, ce qui est interdit aussi... Wendie Renard se présente une seconde fois. Cette fois, sa frappe termine au fond des filets.

Si je vous donne mon avis, j'aurai des problèmes

Thomas Dennerby, sélectionneur du Nigeria
Partager la citation

"Si je vous donne mon avis, j'aurai des problèmes et ils me renverront à la maison, c'est mieux si je ne dis rien", a réagi l'entraîneur suédois du Nigeria Thomas Dennerby. "Je suis déçu. Mes joueuses ont été héroïques. La France est une très bonne équipe et n'a pas besoin de l'aide de qui que ce soit pour gagner un match.

"Il y a un nouveau règlement, a de son côté commenté Corinne Diacre. Si la gardienne de but n'a pas au moins un pied sur la ligne, c'est penalty à retirer et carton jaune. C'est très sévère. Mais ce sont les lois applicables au premier juin. Aujourd'hui, c'est en notre faveur". 

L'Italie a elle aussi profité de cette règle face à la Jamaïque (5-0) avec un penalty donné à retirer. Face à la Norvège (2-1), la France avait déjà bénéficié d'un penalty après appel à la VAR, après un contact sur Marion Torrent dans la surface adverse. Eugénie Le Sommer l'avait transformé du premier coup.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coupe du Monde Équipe de France féminine de football Mondial féminin
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797875278
Coupe du Monde féminine 2019 : une double utilisation de la VAR qui fait débat
Coupe du Monde féminine 2019 : une double utilisation de la VAR qui fait débat
ÉCLAIRAGE - Les Bleues ont remporté leur troisième match de poule, lundi 17 juin à Rennes face au Nigeria (1-0), grâce à un penalty d'abord manqué par Wendie Renard mais donné à retirer dans la foulée après un nouvel appel à l'arbitrage vidéo.
https://www.rtl.fr/sport/football/coupe-du-monde-feminine-2019-nigeria-france-une-double-utilisation-de-la-var-qui-fait-debat-7797875278
2019-06-18 14:10:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/anrPvL2dwE-BsSEzQ87eNw/330v220-2/online/image/2019/0618/7797875372_l-arbitre-hondurienne-melissa-borjas-indique-le-point-de-penalty-sous-les-yeurx-d-amandine-henry-le-17-juin-2019-a-rennes.jpg