1. Accueil
  2. Sport
  3. Autres sports
  4. France-Angleterre : les 6 "Crunchs" les plus marquants dans le Tournoi des VI Nations
3 min de lecture

France-Angleterre : les 6 "Crunchs" les plus marquants dans le Tournoi des VI Nations

ÉCLAIRAGE - Le XV de France dispute son dernier match dans le Tournoi des VI Nations 2022 face au XV de la Rose, samedi 19 mars (21h) au Stade de France. Retour sur 6 des 108 précédents entre les deux rivaux.

Christophe Lamaison avec le XV de France face à l'Angleterre de Will Carling le 1er mars 1997 à Twickenham
Christophe Lamaison avec le XV de France face à l'Angleterre de Will Carling le 1er mars 1997 à Twickenham
Crédit : GERRY PENNY / AFP
Gregory Fortune & AFP

Le "Crunch" a rarement aussi bien porté son nom. Le XV de France défie son rival anglais pour un moment crucial, samedi 19 mars (21h) au Stade de France : en cas de succès, les Bleus remporteront le Tournoi des VI Nations, assorti du Grand Chelem, pour la première fois depuis 2010, une éternité pour eux.

Les hommes de Fabien Galthié se présentent face à ceux d'Eddie Jones invaincus, forts de quatre succès contre l'Italie (37-10) et l'Irlande (30-24) à Saint-Denis, en Écosse (36-17) et au Pays de Galles (13-9). Le XV de la Rose occupe de son côté la 3e place avec deux revers, le dernier en date à domicile face à l'Irlande (32-15).

Ce choc entre la France et l'Angleterre sera le 109e d'une histoire entamée le 22 mars 1906. Leurs affrontements ont jalonné l'histoire du rugby, entre les longues périodes de disette française et la rivalité, parfois teintée d'animosité, entre les deux équipes. Retour sur les six "Crunchs" les plus marquants dans le Tournoi.

1. 1951 : première victoire française à Twickenham

Grâce à deux essais du capitaine Guy Basquet et du légendaire Jean Prat, le XV de France signe l'un des premiers exploits de son histoire en s'imposant pour la première fois à Twickenham (3-11), le temple du rugby anglais. Ce succès ouvre une période de domination des Bleus, dont les attaquants vifs et inspirés incarnent le "french flair"

2. 1977 : succès minimal des "animaux" français

À lire aussi

Toute la semaine précédente, la presse anglaise se déchaîne contre les "animaux" français, amabilité adressée en raison de leur brutalité supposée. Les Bleus sont accueillis sous les moqueries à Twickenham. 

Mais un essai du centre François Sangalli leur permet de s'imposer 4 à 3 et ouvre la voie au deuxième Grand Chelem du XV de France, emmené par les glorieux Jean-Pierre Rives, Jacques Fouroux, Jean-Claude Skrela et Robert Paparemborde. 

3. 1992 : caricature de "Crunch"

Quatrième d'une série de huit consécutives, la victoire anglaise au Parc des Princes (13-31) est une caricature de "Crunch" avec les exclusions pour brutalité du pilier Grégoire Lascubé et du talonneur Vincent Moscato. Les Anglais inscrivent quatre essais, dont un de l'arrière Jonathan Webb et un de l'ailier Rory Underwood.

4. 1997 : le récital "Titou" Lamaison

Des Bleus rajeunis s'imposent pour la première fois depuis dix ans à Twickenham (20-23). Avec un Christophe Lamaison de gala, ils renversent ainsi l'Angleterre, qui menait pourtant 20-6 après une heure. 

Le centre de Brive livre une prestation exceptionnelle avec un drop (34e), deux pénalités (3e, 75e), deux transformations (62e, 70e), un essai (70e) et un "chip" au-dessus de la défense anglaise pour l'essai de Leflamand (62e). Deux semaines plus tard, au Parc, les Bleus remportent leur cinquième Grand Chelem devant l'Écosse (47-20). 

5. 2009 : humiliation à Twickenham

Grisé par son succès courageux mais trompeur (21-16) contre le Pays de Galles, le XV de France subit une véritable humiliation pour son premier déplacement à Twickenham (34-10) depuis la prise de fonctions de Marc Lièvremont. Sous les rires de 80.000 spectateurs, les Anglais pourtant moribonds infligent un cuisant 29 à 0 en première période à des Français dépassés. 

6. 2020 : Galthié démarre fort

Pour sa première en tant que sélectionneur, Fabien Galthié se voit promettre par les Anglais "violence physique" et "intensité" jamais vue par les Français. Mais avec sa jeune garde, aussi étouffante que surprenante, la France, portée par un doublé de son nouveau capitaine Charles Ollivon, s'impose 24-17. Ce sont les Anglais qui seront malgré tout sacrés, la faute à un point de bonus défensif arraché à la dernière minute par Owen Farrell.  

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/