3 min de lecture Télévision

"Bodyguard" : pourquoi faut-il succomber à cette série phénomène ?

La série "Bodyguard", qui a passionné le public britannique lors de sa diffusion en 2018, arrive à la télévision française ce 16 novembre au soir.

Richard Madden et Keeley Hawes dans "Bodyguard"
Richard Madden et Keeley Hawes dans "Bodyguard" Crédit : Des Willie / BBC
Nassim Aziki
Nassim Aziki et Capucine Trollion

Diffusée pendant l'été 2018 sur les écrans britanniques, la série Bodyguard a conquis son public. Des millions de téléspectateurs et téléspectatrices ont regardé les six épisodes diffusés sur BBC One. Arrivée ensuite Netflix, elle débarque à la télévision française dès ce 16 novembre à 21h05 sur France 2.

Bodyguard est une création de Jed Mercurio à qui l'ont doit les séries policières et médicales Line of Duty, Bodies ou encore Cardiac Arrest. Cette série raconte l'histoire de David Budd (Richard Madden de Game of Thrones), vétéran traumatisé de la guerre en Afghanistan qui se retrouve promu bodyguard de Julia Montague (Keeley Hawes de Line of Duty), Secrétaire d'État à l'Intérieur britannique. David méprise tout ce que Julia représente, mais il est responsable de sa sécurité.

Lors de sa sortie en 2018, la presse est dithyrambique, le public est unanime, Bodyguard est LA série phare à ne pas manquer cette année-là. L'intrigue ainsi que la mise en scène ont su conquérir le cœur des spectateurs et spectatrices. Une question se pose alors : ce gros succès télévisuel est-il justifié ? Faut-il succomber ? La rédaction vous donne trois bonnes raisons de plonger dans ce nouveau programme.

>
Bodyguard: Trailer - BBC

Une intrigue palpitante

Alors que la menace terroriste est de plus en plus persistante sur le territoire, les deux protagonistes commencent à se rapprocher. Une histoire d'amour qui n'est pas sans rappeler le film Bogyguard (1992), avec Whitney Houston et Kevin Costner, mais qui n'emprunte rien d'autre au long-métrage (si ce n'est le titre) de Mick Jackson. L'intrigue, solide et très bien écrite (par Jed Mercurio), est à mi-chemin entre ce que propose la série Homeland, avec le côté espionnage, et 24 heures chronos de par son aspect politique. Le suspense est haletant de bout en bout selon la presse anglaiseThe Independent compare même le premier épisode à un film de James Bond. Si vous aimez le côté jeu de pouvoirs de House of Cards, nul doute : vous apprécierez beaucoup le feuilleton.

À lire aussi
séries
"Harry Potter" : une série en live-action en développement chez HBO Max

Un casting très convaincant

Dans le rôle de David Budd, on retrouve le comédien britannique Richard Madden, connu pour son rôle de Robb Stark dans Game of Thrones. Sa performance a été saluée par la critique comme par les téléspectateurs et téléspectatrices. La ministre (Julia Montague) est incarnée par Keeley Hawes, un peu moins connue, qui a déjà officié dans une série d'espionnages en 2002 : elle jouait Zoe Reynolds dans MI-5. Le duo est "angoissant, frémissant et émouvant", selon la journaliste RTL Isabelle Morini-Bosc, et offre une prestation qui vous donnera envie de savoir comment tout cela peut évoluer (et finir).

Une réalisation hollywoodienne "à la James Bond"

Les vingt premières minutes de l'épisode 1 sont très immersives et vous plongent instantanément au cœur d'un attentat. Les trois premiers épisodes ont été réalisés par le Français Thomas Vincent, qui a également travaillé sur la série Versailles. Les scènes d'action sont rythmées, époustouflantes et dignes d'un blockbuster hollywoodien. Bref, si vous aimez les dernières réalisations des James Bond, Bodyguard va aisément vous convaincre avec ses six premiers épisodes d'une durée de plus de 50 minutes.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Télévision Séries Netflix
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants