2 min de lecture Bande dessinée

“Le boulot des artistes n'est pas de faire celui des politiques”, lance Joann Sfar sur RTL

INVITÉ RTL - "Je ne suis pas dans la critique systématique du gouvernement parce que je n'aimerais pas être à leur place, mais c'est une période très dure", a déploré l'auteur et dessinateur Joann Sfar.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
"Le boulot des artistes n'est pas de faire celui des politiques", lance Joann Sfar sur RTL Crédit Image : JOEL SAGET / AFP | Crédit Média : RTL | Date : La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Marie Gingault

Alors que le couvre-feu débute en Île-de-France et 8 autres grandes métropoles dès ce samedi minuit, Joann Sfar, auteur et dessinateur de la célèbre bande dessinée Le Chat du Rabbin, sortira son film d'animation Petit vampire mercredi 21 octobre, dans un contexte très délicat.

Un choix mûrement réfléchi : "On veut être aux côtés des exploitants de cinéma, on veut être aux côtés du public qui a encore de la ferveur pour ces films familiaux et qui permettent de se rassembler. C'est une période très difficile et je souhaite défendre le spectacle vivant", a justifié l'auteur de bandes dessinées avant de préciser : "On sort de 7 ans de production pour Petit vampire et c'est un moment qu'on a envie de partager, malgré les circonstances".

En effet, la culture est, comme d'autres secteurs, très durement touchée par la crise sanitaire liée au coronavirus. "On a besoin d'aide, on a besoin du public, on a besoin des pouvoirs publics et on ne sait pas ce que ça va devenir, mais on est là", regrette le dessinateur. "C'est tellement précieux notre maillage culturel, il ne faudrait pas que ça périclite maintenant", a souligné Joann Sfar au micro de RTL. Un maillage culturel que tente de préserver la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, qui plaide pour un assouplissement du couvre-feu pour les salles de spectacle. 

"Je ne sais pas ce qu'elle peut faire, je ne sais pas ce qu'on lui permet de faire (...) Moi je fais des films, je les écris, je les sors, après je ne suis pas ministre", a toutefois concédé Joann Sfar qui qualifie la période actuelle de "terrible". "On essaie de garder l'optimisme, on essaie de garder l'énergie. Je ne suis pas dans la critique systématique du gouvernement parce que je n'aimerais pas être à leur place, mais c'est une période très dure", s'est désolé l'artiste qui a du mal a supporter l'idée d'être enfermé

Je ne crois pas au pouvoir magique de l'art pour changer la société

Joann Sfar sur RTL
Partager la citation
À lire aussi
Le réalisateur et producteur Patrice Leconte en 2014 Cinéma
"Tintin" : Patrice Leconte va adapter "Les bijoux de la Castafiore" au cinéma

Une période compliquée également pour la liberté d'expression. "Aujourd'hui, j'ai abandonné le projet de convaincre mes contemporains de quoi que ce soit, même tenter d'affirmer qu'on ne tue pas pour un dessin semble faire débat", s'était exprimé le dessinateur au sujet du procès des attentats de 2015. 

Un semblant de pessimisme sur lequel est revenu Joann Sfar : "Si les gens n'ont pas envie de fraternité tant pis, s'ils ont envie de massacres tant pis (...) je ne crois pas au pouvoir magique de l'art pour changer la société. Je crois que le pouvoir de l'art, c'est une bouteille à la mer et si des gens s'en saisissent tant mieux". 

"Le boulot des artistes ce n'est pas de faire le travail des politiques, des enseignants, des pédagogues. Si on a décidé de ne plus instruire notre jeunesse dans l'idée du pluralisme, dans l'idée de l'agora, et bien ce n'est pas uniquement la faute aux artistes", a conclu Joann Sfar sur RTL. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bande dessinée Écriture Culture
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants