4 min de lecture Coronavirus

Coronavirus et cinéma : pour Jérôme Seydoux, "le gouvernement doit nous prévenir à l'avance"

RENCONTRE - Faute de date précise de réouverture des salles, où en est le cinéma français ? Jérôme Seydoux, le patron de Pathé, l'homme le plus puissant du 7e art en France et les producteurs Dimitri Rassam et Hugo Sélignac se confient.

culture Laissez-vous tenter Yves Calvi & Le Service Culture iTunes RSS
>
Faute de date précise de réouverture des salles, où en est le cinéma français ? Stéphane Boudsocq a rencontré Jérôme Seydoux, le patron de Pathé, l'homme le plus puissant du 7e art en France. Crédit Image : Laurent EMMANUEL / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
stephane-boudsocq
Stéphane Boudsocq Journaliste RTL

Depuis presque un an, l'industrie du 7e art vit au rythme du confinement et de la reprise temporaire de ses activités. En attendant une date toujours hypothétique de réouverture de nos salles de cinéma, nous avons voulu ce matin faire une sorte d'état des lieux en France.


Pour les spectateurs, la fermeture des cinémas c'est ne plus pouvoir aller au cinéma mais voir du cinéma ailleurs, autrement et notamment sur les différentes plateformes qui ont vu leur nombre d'abonnés exploser depuis le mois de mars 2020. En revanche, pour ceux qui fabriquent, produisent ou distribuent les films, c'est beaucoup plus complexe et inquiétant. 

On sait que le manque à gagner pour le secteur a maintenant largement dépassé le milliard d'euros en terme de recettes. Somme en partie compensé par l'État qui finance aussi le chômage partiel, l'intermittence, les frais de production, accorde des prêts, bref, (et c'est un dispositif unique au monde), tient le cinéma français sous perfusion en attendant des jours meilleurs. 

Plus de 300 films en stock

D'après les estimations, environ 350 films, du long-métrage d'auteur à la grosse production, sont en réserve. Aujourd'hui, tout est en format numérique, donc stockés au chaud dans des ordinateurs et transférables d'un clic aux salles de cinéma quand ce sera possible. D'ici là, il faut penser à demain. Ce qui nous a frappés durant cette enquête, c'est la volonté du secteur de tourner des films ou d'en préparer d'autres, pour avoir de quoi satisfaire, étonner le public quand il reviendra en salle. 

À lire aussi
société
"Kitbag" : pourquoi le casting du film de Ridley Scott sur Napoléon pose problème

C'est le cas chez Pathé, deuxième vieille entreprise de cinéma, née en 1897, producteur, distributeur et exploitant de 1.300 écrans de cinéma en France, en Europe et en Tunisie. Jérôme Seydoux en est le patron , c'est l'homme le plus influent et le plus puissant du cinéma français. 

"On a trois gros projets sur 2021 qui sont dans l'ordre à peu près des tournages : Notre-Dame brûle de Jean-Jacques Annaud (...) le deuxième tournage ce sera Astérix de Guillaume Canet, qui doit démarrer au printemps et qui durera jusqu'à l'été et le troisième gros tournage c'est Martin Bourboulon à la manette qui fera Les Trois Mousquetaires. Ce seront deux films qui seront tournés à peu près pendant 4 mois pendant l'été. Tout ça, c'est 30 millions. Je crois pas qu'on a déjà eu un programme comme ça", démarre Jérôme Seydoux avant de poursuivre : "Pour des gens qui sont en plus à l'arrêt, c'est un grand pari d'optimisme, pour que les gens aient envie d'aller en salles, il faut proposer des films qui leur plaisent".

Quid des films qui devaient sortir cet hiver ?

C'est le cas chez Pathé avec Les Tuches 4, déjà reporté plusieurs fois et qui, c'est une des hypothèses, attendre Noël 2021 pour sortir. Deux solutions donc : attendre ou vendre aux plateformes comme Netflix, toujours gourmandes de nouveautés à diffuser ? Hugo Sélignac est le patron de la société de production Chi Fou Mi, qui a produit Le Grand Bain et Le chant du loup. En novembre dernier, il devait sortir en salles Mandibules de Quentin Dupieux avec le Palmashow puis Bac Nord, un polar musclé avec Gilles Lellouche et François Civil notamment.

>
Les Tuche 4 - Bande-annonce officielle HD

Malgré les appels du pied des plateformes et des propositions financières très intéressantes, il a décidé de patienter et de sortir ces films en salle quand ce sera de nouveau possible. Mais, sans avoir fait math sup, vous comprenez bien que tout ce qui n'est pas sorti est donc à sortir. Par ricochet, certains projets à venir, encore en chantier, voient parfois leur financement retardé ou compliqué. 

"Là aujourd'hui, je ressens les effets de la crise. Beaucoup de gens dont je suis proche me disent : 'Hugo, j'ai 22 films à sortir'. Donc ça veut dire que financer un 23e, je ne fais qu'alourdir le problème (...) évidemment j'ai des gros projets, pour lesquels on trouve toujours des solutions, mais aussi des projets plus fragiles avec moins de stars (...) et là d'un seul coup on est confronté à cette pandémie sur le futur", raconte Hugo Sélignac, qui conclut : "Je vois les prémices des deux prochaines années qui vont être compliquées". 

En fait ce que demandent les professionnels du cinéma : au-delà de l'aide économique, ils voudraient être vraiment associés au plan gouvernemental de réouverture des salles et ne pas être mis devant le fait accompli.

Je suis humble devant ce qui se passe

Jérôme Seydoux
Partager la citation

"On peut critiquer. Moi, je ne suis pas sûre que si j'étais en charge, je ferais mieux que ce qui est fait. Donc je suis humble devant ce qui se passe", poursuit Jérôme Seydoux qui parle d'une véritable "douche froide" pour la profession avec l'annulation de la réouverture des salles en décembre dernier. "Personne n'a apprécié et pour ne pas être douché une deuxième fois, il faut que le gouvernement nous annonce suffisamment à l'avance que les salles réouvriront à telle date, parce que instantanément on n'a pas de films", conclut le coprésident de Pathé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Cinéma
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants