2 min de lecture Propulsé

SpaceX : quel est le but de cette nouvelle mission ?

ÉCLAIRAGE - Les États-Unis ont lancé leur premier vol habité depuis le sol américain, depuis 2011. Une bonne nouvelle pour la Nasa, qui ne dépend plus de la Russie et des navettes Soyouz.

Une fusée SpaceX a décollé avec succès vers la Station spatiale internationale dans la nuit du 15 au 16 novembre 2020.
Une fusée SpaceX a décollé avec succès vers la Station spatiale internationale dans la nuit du 15 au 16 novembre 2020. Crédit : Gregg Newton / AFP
Nicolas Barreiro et AFP

Une fusée Falcon 9 de SpaceX a décollé avec succès dans la nuit du dimanche au lundi 16 novembre depuis le centre spatial Kennedy en Floride. Objectif : rejoindre la Station spatiale internationale (ISS). Les quatre astronautes à bord, trois Américains et un Japonais, doivent arriver mardi, aux alentours de 5h du matin.

Ce premier vol "opérationnel" fait suite à la mission de démonstration réussie de mai à août, lors de laquelle deux astronautes américains ont été emmenés dans l'ISS puis ramenés sur Terre sans encombre par SpaceX, première société privée à accomplir cette prouesse technologique.

Les quatre spationautes, Michael Hopkins, Victor Glover, Shannon Walker et Soichi Noguchi, retrouveront deux Russes et une Américaine au sein de la station, et resteront six mois dans le laboratoire orbital, filant autour de la Terre à 400 km au-dessus des océans. 

S'émanciper de la Russie

Il s'agit aussi d'une première depuis 2011. Désormais les engins de SpaceX prendront le relais des navettes américaines, retirées depuis 9 ans. La Nasa était devenue dépendante de la Russie, qui détenait alors le monopole de l'accès à l'espace. Désormais elle peut finalement recommencer à voyager dans l'espace par ses propres moyens.

À lire aussi
espace
Éclipses, étoiles filantes, Lune, planètes : que voir dans le ciel en 2021 ?

La Nasa espère tout de même poursuivre la coopération avec la Russie. Elle a proposé des places pour les cosmonautes dans les futures missions et veut que les Américains continuent à emprunter régulièrement les Soyouz. Mais les négociations entre la Nasa et Roskosmos, l'agence russe, traînent. En réalité les liens entre Washington et Moscou dans le domaine spatial, l'un des rares où ils restaient bons, se distendent

Rompant avec plus de 20 ans de coopération sur l'ISS, la Russie ne participera pas à la prochaine mini-station voulue par la Nasa autour de la Lune, la Gateway. Pour le programme Artémis, ce projet américain de retour sur la Lune en 2024, la Nasa a signé des partenariats avec d'autres agences spatiales, dont le Japon et l'Europe, mais l'avenir n'est pas dégagé: elle n'a pas encore reçu du Congrès américain les dizaines de milliards de dollars nécessaires pour le finaliser. 

L'agenda chargé de SpaceX

Au total, SpaceX doit lancer deux autres vols habités en 2021 pour la Nasa, dont une au printemps avec le Français Thomas Pesquet, et quatre missions de ravitaillement cargo dans les 15 prochains mois.  

Une mission purement privée, via le partenaire Axiom Space, est également prévue fin 2021, alors que la Nasa a laissé entendre que Tom Cruise pourrait se rendre dans l'ISS, ce qui n'a pas été confirmé. SpaceX pourrait également ajouter "une autre mission amusante, je vous en parlerai plus tard", a glissé la numéro deux de SpaceX, Gwynne Shotwell. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Propulsé Espace SpaceX
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants