2 min de lecture Dormir

Les humains seraient-ils capables d'hiberner ?

Une étude publiée dans le magazine "We Demain" montre que les aptitudes d'hibernation pourraient être transposées chez les humains, qui "disposent du matériel génétique" pour le faire.

Isabelle Choquet La Revue de Presse Isabelle Choquet iTunes RSS
>
Les humains seraient-ils capables d'hiberner ? Crédit Image : Jean Christophe VERHAEGEN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Isabelle Choquet
Isabelle Choquet édité par Quentin Marchal

C'est une étude digne des plus grands films de science-fiction. Un article de la revue We Demain s'est intéressé à la possibilité que les humains puissent hiberner pendant l'hiver. Depuis une dizaine d'années, des chercheurs planchent sur ces aptitudes fascinantes des animaux, qui baissent leur température corporelle et réduisent leur consommation d'énergie de 80 à 98%, avec l'espoir de pouvoir les transposer chez l'homme.

Les modèles d'hibernation ne manquent pas, à commencer par l'ours brun, sans doute l'espèce la plus proche de nous, dont la température corporelle reste à 32, 34°. À l'inverse, il nous serait impossible de nous habituer à celle des marmottes, qui baisse à 10°. En tout, il existe une centaine d'espèces hibernantes dont les champions restent le spermophile arctique, une sorte d'écureuil, qui descend en dessous de 0° mais dont le sang ne gèle pas et le loir gris, qui est capable d'hiberner 11 mois et demi consécutifs.

Selon les scientifiques, il y a de l'espoir pour que les humains soient capables d'hiberner. D'abord parce qu'il n'y a pas de gène spécifique de l'hibernation, comme le souligne un chercheur : "L'hypothèse est que l'humain dispose du matériel génétique pour hiberner, qu'il a su le faire un jour, mais qu'il en a perdu l'aptitude au cours de l'évolution".

Une faculté utile pour les voyages dans l'espace

L'expérience a également montré que, dans des circonstances particulières, notre corps sait se mettre en sommeil. Ce fut le cas d'une skieuse suédoise, qui est restée piégée 80 minutes sous la glace, où sa température corporelle est tombée à 13°7 mais qui s'en est sortie sans la moindre séquelle.

À lire aussi
Bien-être : prenez l'habitude de décrypter vos rêves psychologie
Bien-être : prenez l'habitude de décrypter le sens de vos rêves

Des expériences réalisées en laboratoire par des biologistes ont aussi montré que des mammifères non conçus pour hiberner en étaient capables, en stimulant un récepteur dans leur cerveau. Cela paraît donc possible chez les humains, pour qui l'hibernation  pourrait s'avérer pratique pour les voyages spatiaux. D'ailleurs la NASA et l'Agence Spatiale Européenne ont été les premières à investir dans ce type de recherche.

L'hibernation intéresse aussi beaucoup les médecins. En effet, elle permettrait de protéger les malades en cas d'arrêt cardiaque ou d'AVC. Baisser leur thermostat du corps entre 32 et 36 degrés, leur permettrait d'économiser de l'énergie et de préserver leur cœur et leur cerveau.

Au-delà de ces applications très concrètes, hiberner, c'est aussi ralentir le passage du temps. Il existe une espèce, le tardigrade, qui peut ralentir son métabolisme au point d'arrêter le processus du vieillissement. Certains spécimens sont même capables de suspendre leurs fonctions vitales avant de les reprendre 30 années plus tard.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Dormir Humains Découverte scientifique
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants